[FRENCH] A quelques jours de distance, deux comics nous présentent des héros coincés dans des chaises roulantes. Après le Superior de Mark Millar, voici le Soldier Zero de Stan Lee qui pointe le bout de son nez, Boom Studio nous ayant permis de lire le premier numéro quelques temps avant sa sortie. Soldier Zero a ceci de particulier que c’est également le premier titre de la nouvelle génération de héros que Lee lance chez cet éditeur. Verdict.

Stan Lee’s Soldier Zero #1 [Boom!] Scénario : Stan Lee et Paul Cornell
Dessin : Javier Pina

Dans le CV long, très long, de Stan Lee, il y a bien sur des personnages comme Spider-Man ou les Fantastic Four. Mais il n’y a pas forcément que des réussites (Ravage 2099, par exemple) et dans les créations récentes de l’ex-Big Boss de Marvel on ne sait pas toujours trop si on doit se réjouir. En fait la vérité est que le vénérable Stan Lee a encore des idées mais n’a plus trop le temps de s’en occuper dans les détails. Et ses créations récentes dépendent donc forcément du talent du partenaire qui se charge de la rédaction de l’ensemble. Avec Soldier Zero, le partenaire est Paul Cornell (Action Comics, Captain Britain, Knight & Squire…). Du coup il n’y a pas de doute, c’est assurément bien écrit et on n’a pas l’impression de lire un boulot de commande (la crainte que j’avais en voyant Lee se lancer dans cette nouvelle aventure). Tout au plus on notera que Soldier Zero entretient quelques ressemblances avec des personnages de DC. On est à mi chemin entre l’origine de Green Lantern (Hal Jordan) et du Blue Beetle moderne (pour l’aspect techno-suit parachutée de l’espace). Si la série veut survivre il faudra assurément que Soldier Zero se distingue plus de ces modèles de DC.

L’identité humaine du héros, Stewart, semble aller dans la bonne direction. Je ne parle pas simplement de son handicap mais bien de la manière dont Paul Cornell le construit. D’abord avec une ou deux scènes qui soulignent à quel point la société se soucie peu des gens qui ne sont pas dans la norme. Mais c’est surtout son background qui est intéressant. Stewart est un vétéran de l’armée américaine au moyen-orient mais le résultat de son séjour là-bas en fait un pacifiste convaincu. Et le voila qui hérite d’une sorte d’arme ultime… Même si la série doit encore trouver son originalité dans les épisodes à venir, le personnage de Stewart m’a l’air prometteur. Le dessin de Javier Pina (Manhunter) n’est pas mal du tout mais à mon goût (et c’est une caractéristique chronique chez Boom) la colorisation me parait bien trop épaisse et étouffe un peu le trait. Globalement ce premier numéro de Soldier Zero n’est pas déshonorant, n’est pas un grand vide mais la série devra faire ses preuves dans les mois qui viennent.

[Xavier Fournier]