Avant-Première VO : Review Wolverine: Weapon X #2[FRENCH] Déjà, quand Logan ne cherche pas les ennuis, ils se débrouillent en général pour lui tomber dessus. Pas un jour normal pour Wolverine sans qu’il n’ait trucidé quelques ninjas avant le petit déjeuner. Alors vous pensez, quand c’est lui qui cherche volontairement des noises à une équipe de « black-ops », la chose est encore pire. Mais enfin les choses restent déséquilibrées puisque lui possède un squelette en adamantium et des griffes. A moins que… uh oh…

Wolverine: Weapon X #2 [Marvel] Scénario de Jason Aaron
Dessin de Ron Garney
Sortie américaine le mercredi 20 mai 2008.

Wolverine: Weapon X #2Sur la piste de Blackguard, une organisation qui a repris à son compte les anciens dossiers du projet Weapon X, Wolverine n’aura aucun mal à les retrouver… Ou à défaut à se faire repérer par eux. Le résultat est le même : le canadien aux griffes indestructibles se retrouve confronté à des soldats de métier qui, comme le montre la couverture, ont plus d’un point commun avec lui. Jason Aaron ne se débrouille pas mal pour écrire son histoire mais malheureusement il souffre d’un gros handicap : le fait qu’on nous rabâche depuis des années que Wolverine est « le meilleur dans sa partie ». Dès lors, il est difficile de prendre « Blackguard » au sérieux. Tout au plus on se dit que voici des Reavers de rechange. Il va falloir nous en donner un peu plus pour que la menace devienne tangible.

D’autant que la lutte cyborg contre cyborgs souffre d’une absence relative d’humour (qui m’avait paru plus précisée dans le premier épisode). Heureusement Jason Aaron contrebalance avec une première partie qui lance une piste intéressante. Wolverine est un des êtres les plus mystérieux qui soient, avec un passé impliquant une bonne demi-douzaines de services très secrets. Seulement dans le même temps il est membre des X-Men et des New Avengers. Il est un peu partout dans l’univers Marvel et, faisant partie des figures de proue de la communauté mutante, il est forcément médiatisé. Entre cette nature secrète et cette surexposition, il y a quelque chose qui jusqu’ici n’avait pas été exploré. Le scénariste s’y engouffre, non sans nous avoir fait profiter d’une conférence de presse assez marrante. C’est finalement plus cette petite intrigue, pour l’instant secondaire, qui m’intéresse le plus et me fera sans doute revenir dans les mois prochains. Pour le reste, ce n’est ni la faute d’Aaron ni celle de Garney mais Wolverine étant « la machine à tuer » qu’on sait, il est difficile de nous faire prendre au sérieux une quelconque « mise en danger ».

[Xavier Fournier]