Avant-Première VO : Review Witchblade #126[FRENCH] Ron Marz continue la montée en puissance de l’arc War of The Witchblades. Si jusqu’ici les choses paraissaient claires, avec une des deux détentrices du talisman qui avait fait un faux pas, le scénariste sait brouiller les cartes à merveille. Personne n’est totalement innocent, les limites entre bien et mal s’amenuisent et on commence vraiment à se demander s’il est vraiment souhaitable qu’une des deux héroïnes l’emporte… Et si oui, laquelle ?

Witchblade #126 [Top Cow] Scénario de Ron Marz
Dessins de Stjepan Sejic
Sortie américaine le mercredi 15/04/09

Witchblade #126Ces deux derniers mois, c’est le casier de Danielle Baptiste, la Witchblade blonde, qu’on avait copieusement chargé. Erreurs et abus de pouvoirs s’ajoutaient à une certaine naïveté que Sara Pezzini pouvait prendre de haut, en comptant les points. Dani semblait passer du côté obscur… En fait il apparait que si elle a bien basculé, ce n’est pas du côté des ténèbres mais ailleurs. Et l’intransigeance de Sara commence, elle, a prendre un relief nouveau… Et inquiétant dans un autre genre. Autour d’elles, leurs adversaires s’organisent tandis que le détective Patrick Gleason comprend qu’il va se passer un moment de… baby-sitter.

Je n’ai pas très bien compris pourquoi, dans les premières pages, le personnage de Finch est sidérée quand elle se trouve face à l’Angelus sachant qu’elle sait très bien de quoi il s’agit et qu’il n’y a aucun observateur externe qui justifierait la comédie. Je commence à me demander si la promesse qu’il ne restera bientôt qu’une Witchblade et que par ailleurs l’Angelus reste sans hôte ne sont pas deux facettes d’une seule et même idée de Ron Marz. Quoi qu’il en  soit, l’auteur reste sur sa lancée. Il a une idée directrice et ça se sent. La seule (vraiment) petite chose sur laquelle j’ai des réserves c’est sans doute la prise d’importance un peu rapide de l’homme à la canne, qui aurait sans doute gagnée en subtilité si elle avait été étalée sur plus d’épisodes. Maintenant tout dépend de ce que donnera le bonhomme au final.

Dans la seconde moitié de l’épisode, Stjepan Sejic affiche un tournant de plus en plus manifeste pour la 3D sur je ne sais trop quel logiciel. D’un côté je ne sais pas trop si je suis vraiment client de cette nouvelle « tournure » visuelle mais de l’autre il faut bien constater que les finitions n’ont pas les mêmes problèmes que dans certains des derniers épisodes. Sans doute que le dessinateur se cherche un peu mais il en sortira peut-être quelque chose de novateur à terme. Pour l’instant c’est Ron Marz qui porte cet arc en évitant avec justesse que le lecteur sache vraiment sur quel pied danser. Qui est la « Witchblade défaillante » ? Qui mérite de gagner ? Sans doute aucune des deux. Et c’est pour ça qu’on espère que Marz saura tenir la cadence jusqu’à la conclusion…

[Xavier Fournier]