Avant-Première VO : Review Warhammer 40,000: Defenders of Ultramar #2[FRENCH] Le premier numéro de Warhammer 40,000: Defenders of Ultramar n’a qu’une quinzaine de jours mais voici déjà la suite de cette saga guerrière, adaptée du jeu de rôles qui transpose les histoires de chevaliers et de trolls dans un contexte de space-opéra. Et cette fois la racine « ludique » est manifeste tant l’ambiance évoque sans doute une campagne comme on pourrait en voir lors d’une partie…

Warhammer 40,000: Defenders of Ultramar #2 [Boom!] Scénario de Graham McNeill
Dessin de Tony Parker, Kevin Hopgood, Leonardo Freites

Sortie aux USA le 7 janvier 2009

Warhammer 40,000: Defenders of UltramarLes Ultramarines sont sur le pied de guerre. Et quoi de plus normal dans un univers entièrement consacré à l’affrontement ? Les extra-terrestres verdâtres, les Orks, se sont acharnés sur l’épave d’un vaisseau, décimant l’équipage. Après avoir donné dans l’introspection dans le numéro précédent, la 4ème compagnie des Ultramarines passe donc en mode « punitif » sans perdre de temps. L’expédition guerrière occupe la plus grande partie de l’épisode, avec les guerriers en armure se jetant dans la bataille. On est loin des états d’âmes de gradés il y a quelques semaines. Là, les dialogues sont plutôt du genre « Courage et Honneur ! », « Tuez les tous! » et les masses d’armures et de casques laissent assez peu de place à la différenciation des personnages. Cela dit, même si résumé comme cela ne ressemble pas à un point fort et tout en étant pas « gamer » moi-même, je peux comprendre que cette phase de combat respecte sans doute l’ambiance des parties de Warhammer 40,000 et devrais sans doute ravir les connaisseurs.

Cela dit, comme dit la dernière fois, pour peu qu’on ait pris la peine de commencer cette minisérie par le #1 (ce qui semble au demeurant logique), on n’est pas pour autant à l’écart si on est néophyte. Les dialogues guerriers me laissent par contre une impression ambivalente. D’un côté ce n’est pas plus mal d’avoir un vrai « parlé » militaire dans des séries de ce genre, de l’autre des passages entiers sont meublés avec des expressions genre « mon honneur guide mon bras ». Une de temps à autre, c’est un peu comme les jurons de Thor ou de Doctor Strange, c’est exotique. Pas de problème. Des scènes entières, par contre, ca a tendance à virer au stéréotype. La fin de l’épisode revient par contre plus sur des intrigues de « château » et on peut espérer quelque chose d’un plus « stratégique » au prochain épisode…

[Xavier Fournier]