[FRENCH] Sans savoir si son fils va survivre, Rick doit organiser la communauté (ou ce qui reste de la communauté) et faire que les choses fonctionnent à nouveau. Mais pour vivre ou tout simplement pour avancer dans ce monde qui n’a plus de perspective, la plupart des personnages ont été obligés de faire leurs petits arrangements avec leur propre moralité. Et certains de ces choix menacent de revenir vers eux comme un boomerang…

Walking Dead #85 [Image Comics] Scénario de Robert Kirkman
Dessins de Charlie Adlard
Sorti aux USA le mercredi 25 mai 2011

Un des dangers qui a pu parfois menacer la série Walking Dead, c’est l’alternance « confort »/ »fuite sur la route jusqu’au prochain refuge ». Mais l’arc récent, pour autant qu’il ait été ravageur, a laissé les héros sur place et avec les moyens techniques de reconstruire. Il ne reste plus qu’à brûler les cadavres et s’efforcer d’aller de l’avant en détournant les yeux. A ce petit jeu, les survivants font preuve d’une forme de « pragmatisme positif » assez surprenant mais tellement logique en un sens. Catastrophe après catastrophe ils se sont endurcis… ou ont appris à profiter de la vie qui leur reste. En un sens la petite histoire d’adultère qui touche certains des héros est un peu trop soap à mon goût mais elle amène une discussion très intéressante quand l’homme s’aperçoit, après tout, que sa compagne n’est pas la « dernière femme de la terre ». Et puis il y a les actions… ou les inactions… de Rick qui lui pèsent. Une culpabilité que ses amis s’efforcent pourtant d’atténuer, même s’ils ne savent pas forcément tous ce qu’il peut se reprocher.

Certains s’intéresseront sans doute plus au sort de Carl (et on ne peut les blâmer puisque c’est au moins un des personnages principaux de la série) mais, vraiment, ce qui marque ce numéro c’est le sentiment, l’envie de ne plus fuir et de consolider, de se mettre à l’abri aussi bien des zombies que des survivants « inamicaux ». Sachant que ces deux types de menaces ont constitué l’essentiel de l’action (je dis bien « action », et pas « ressort dramatique » puisque par ailleurs les survivants entre eux s’arrangent toujours pour nous assurer les rebondissements en termes de relation), on se demande alors ce que Robert Kirkman leur prépare…

[Xavier Fournier]