Avant-Première VO: Review Walking Dead #141[FRENCH] Le diable est hors de sa boite ! Alors que Rick rentre au bercail, avec un sentiment de paix et de tranquillité, il est bien loin de se douter de se qui se passe dans sa communauté… Et même dans certaines autres. Les choix de certains humains sont en effet assez éloignés les uns des autres. De quoi se demander si certaines connaissances de longue date ne vont pas basculer du côté obscur.

Walking Dead #141Walking Dead #141 [Image Comics] Scénario de Robert Kirkman
Dessins de Charlie Adlard
Parution aux USA le mercredi 13 mai 2015

Negan est-il encore prisonnier ? La couverture nous dit que non. L’intérieur nous livre une réponse bien plus complexe. Retenant la leçon apprise avec la mort sans doute bien trop définitive du Governor, Robert Kirkman n’a pas voulu se séparer de cette brute charismatique. Dès lors que Negan n’était pas mort, on savait que son pouvoir de nuisance reviendrait au premier plan. Mais le diable est plus intéressant quand il est insidieux que lorsqu’il frappe de manière trop spectaculaire. C’est toute la différence entre Faust et un démon d’opérette. La nouvelle confrontation n’est peut-être pas aussi chargée en action que certains amateurs du genre pourraient l’espérer. Mais Negan est terrifiant dans le sens où il a une assez bonne idée de ce qu’est Rick, du côté narcissique qui accompagne indirectement le rôle de leader. Rick veut être le Bien. Et dans ce sens, peut-être qu’il ne prend plus les décisions qui seraient les meilleures pour la communauté. Face à cette analyse, l’ex-shériff s’accroche à ses principes, refuse de céder…

C’est assez intéressant car en un sens ce Rick est dans une phase totalement opposée à celui qu’on a pu voir à la fin de la récente saison télévisée. Celui de la TV est prêt à trouver toutes les violences nécessaires pour sauver le groupe. Celui de la BD est revenu de ce stade, souhaite reconstruire la civilisation en s’appuyant sur des principes. La confrontation avec Negan pose cependant la question. Est-ce que c’est réellement ce qu’est Rick Grimes où bien est-ce seulement la manière qu’il a de se voir. La nuance peut paraître mince mais dans le second cas, Rick finira invariablement par craquer. Dans le même temps, Kirkman nous montre deux autres manières de voir le rôle du leader, totalement différentes de Rick. L’un se dérobe, semble annoncer un renversement possible dans un des groupes. L’autre… l’autre semble franchir un pas, un interdit dans la nouvelle civilisation que Rick espère. Et du coup le final de l’épisode est potentiellement captivant. En organisant les groupes de survivants et en instaurant la paix, les auteurs ont peut-être simplement brouillé les cartes pour mieux préparer une guerre différente. Sous le semblant de paix, les conditions restent extrêmes, tout le monde ne prend pas les mêmes décisions et les dominos tombent de manière inexorable. A échéance de quelques épisodes, tout est possible dans cette série.

[Xavier Fournier]