Avant-Première VO: Review Uncanny Avengers #5[FRENCH] A l’occasion d’un nouvel arc, les Uncanny Avengers s’accordent un autre dessinateur (Carlos Pacheco), d’où un changement certain d’ambiance. Mais Gerry Duggan recentre aussi les choses sur la raison d’être de l’équipe, s’intéressant plus aux affaires mutantes (voir la couverture) tout en se réservant quelques rebondissements, c’est le moins qu’on puisse dire.

Uncanny Avengers #5Uncanny Avengers #5 [Marvel Comics] Scénario de Gerry Duggan
Dessins de Carlos Pacheco
Parution aux USA le mercredi 3 février 2016

Après le dernier épisode, je pensais/espérais que Duggan nous en dirait plus sur le retour du personnage qu’il a amené dans le #4. Au lieu de cela, c’est une autre voie qui est choisie, avec une partie des Uncanny Avengers bien décidée à découvrir ce qu’il est advenu du Red Skull (et donc du cerveau de Charles Xavier). Même si Human Torch est du voyage, le fait que le reste du groupe soit composé de Deadpool, Rogue et Cable nous ramène vraiment vers l’axe mutant. Il est intéressant de voir que les Avengers jouent sur le côté « déniable » des X-Men tandis que le séjour de Cable prend aussi une autre tournure. Mutant, encore, quand la mission emmène tout ce monde sur la route de Gambit. Et à partir de là se pose la question de savoir si les retrouvailles avec Rogue vont être joyeuses ou catastrophiques. Il vous faudra attendre les dernières pages du numéro pour prendre la véritable mesure de la chose…

« What the hell are you doing here, Remy ? »

Sur cette série, Duggan se débrouille très bien pour proposer des fins d’épisodes qui retournent la donne. Celui-ci n’échappe pas à la règle, encore qu’on en profite sans doute beaucoup mieux puisque cette fois Carlos Pacheco est du voyage, ne représentant pas tous les personnages comme s’ils étaient désarticulés. Il me semble que l’artiste tente d’approcher différemment les silhouettes de ses personnages, avec des châssis assez variés. En prendra pour exemple un Cable décidément plus costaud qu’à l’habitude et une Rogue également moins « aérodynamique ». Le dessin de Pacheco est peut-être aussi impacté par le fait qu’il a cette fois deux encreurs. Néanmoins c’est un épisode qui pousse les choses vers le haut, tandis que Duggan se réapproprie des intrigues que Rick Remender avait laissé à l’abandon. Bon ne manquerait plus que l’on nous dise ce qu’il est advenu d’Alex Summers et ce serait parfait. Mais clairement on reprend de l’intérêt.

[Xavier Fournier]