[FRENCH] Qu’est-ce qui est jaune, baraqué et qui s’éveille d’un sommeil de plusieurs siècles ? Un indice ? La réponse se trouve sur la couverture de ce numéro de Stormwatch. Peter Milligan installe en effet l’arrivée d’Etrigan le Demon dans l’ère moderne. Et le suspens fonctionnerait quand même beaucoup mieux si on ne nous avait pas mis la fin de l’épisode sur cette couverture !

Stormwatch #13 [DC Comics] Scénario de Peter Milligan
Dessins de Will Conrad
Sorti aux USA le mercredi 3 Octobre 2012

L’actuel Stormwatch de l’univers DCnU est plus ou moins l’extension contemporaine du cercle de constitué dans le médiéval Demonknights. Une architecture digne du Shield de Hickman chez Marvel mais qui souffre d’un petit problème conceptuel : A une ou deux exceptions près, les Demonknights sont des personnages trop importants, trop immortels (Vandal Savage, Etrigan…), pour qu’on puisse douter un instant qu’ils existent à l’ère actuelle. D’ailleurs, pratiquement dès septembre 2011 on a pu avoir la confirmation de l’existence de Madame Xanadu à la fois dans le passé et dans le présent de DC. Mais il fallait cependant renforcer le trait. Et il est bien évident, comme je le disais à l’instant, qu’une apparition d’Etrigan était inexorable. Là où Peter Milligan fait une erreur à mon avis, c’est de revenir sur l’idée très simple qu’avait Kirby à la base, montrant Jason Blood parcourant la Terre pendant des siècles, avec d’emblée un réservoir d’histoires qui pouvaient se dérouler à travers les époques, qu’il s’agisse d’exploits d’Etrigan lui-même où de « team-ups », d’apparitions en « invité » lors de voyages dans le temps d’autres héros. Là, ce n’est pas le cas et voici déjà une partie du potentiel du Demon qui s’évapore.

Et puis il y a aussi le fait d’avoir totalement dévoilé la fin (on passe un épisode à découvrir que le prisonnier en sommeil n’est autre qu’Etrigan, sauf qu’il est en évidence sur la couverture (avec en prime son nom bien marqué sur l’image des fois que quelqu’un pourrait croire à une vague ressemblance). Du coup… du coup ça marche quand même bien moins que si la couverture avait aménagé le suspens. On retiendra cependant de ce numéro qu’il explore un peu plus la relation entre Apollo et Midnighter et que les autres membres font des apparitions secondaires. En définitive c’est surtout le dessinateur Will Conrad qui fait des choses intéressantes, s’approchant assez du style d’un Deodato sur New Avengers. Une nouvelle fois Stormwatch donne l’impression d’un titre qui pourrait être plus intéressant avec quelques réglages… qui tardent à se manifester.

[Xavier Fournier]