Avant-Première VO: Review Star Wars #1[FRENCH] Dark Horse lance une nouvelle série Star Wars qui, cette fois, ne prétend pas être autre chose. Pas d’héritiers situés X générations dans le futur. Pas d’ancêtres découvrant le sabre-laser. Cette fois Luke Skywalker, Leia, Han Solo et les autres sont au centre de ce mensuel, qui commence d’excellente manière.

Star Wars #1Star Wars #1 [Dark Horse Comics]
Scénario de Brian Wood
Dessin de Carlos d’Anda
Parution aux USA le mercredi 9 janvier 2013

Malgré tout le mérite qu’on peut trouver à Dark Horse et à leur gestion de Star Wars ces dernières décennies, l’univers étendu de la Guerre des Etoiles est parfois devenu un véritable casse-tête, avec des projets quelques fois si éloignés des personnages centraux qu’il n’y a guère qu’un vague sabre-laser ou un garde impérial dans un coin pour justifier que les choses soient rattachées à la licence. Ca a parfois donné de jolies choses (par exemple Star Wars: Legacy) mais la vérité est que les fans de la saga d’origine ne s’y sont pas toujours retrouvé. Ces derniers temps Dark Horse semble avoir pris conscience de cette situation (ou peut-être qu’après avoir étendu les choses autant que possible il était logique de recentrer). Les scènes d’Agent of Empire qui exploitaient Han Solo semblaient un présage en ce sens. Cette nouvelle série « Star Wars » tout court (sans sous-titre quelconque) officialise la tendance en nous « rendant » Luke Skywalker et ses alliés à une période située entre le long-métrage originel et l’Empire Contre-Attaque.

Si c’est l’excellent Brian Wood (Conan, DMZ, X-Men…) qui s’occupe du scénario, la première chose qui saute aux yeux ce sont les dessins d’un Carlos d’Anda très en forme, qui s’approprie les personnages avec aisance et dynamisme. Et surtout l’artiste se tire vraiment bien des scènes de combat dans l’espace (ce n’est pas tout le monde qui tire son épingle du jeu quand il faut représenter pendant plusieurs cases des vaisseaux flottant dans l’espace). Bref, on est d’emblée dans un bon contexte. Le travail de Wood (un peu comme pour le lancement de son Conan il y a quelques temps chez Dark Horse) est plus discret dans ce premier numéro, dans le sens où on voit plus la mise en place du contexte. On en est a se réhabituer à la distribution : Luke en est encore à croire que son père a été tué par Darth Vader, il ignore que Leia est sa soeur… Han Solo, lui, doit s’habituer à être lié aux rebelles. En fait on retrouve sans doute un des moments au plus fort potentiel de la série, quand Luke devenu plus qu’un simple garçon de ferme mais quand il est encore en phase d’apprentissage, quand Han n’est pas encore totalement rangé des magouilles, quand le focus n’est pas encore passé sur la rédemption éventuelle de Darth Vader (encore qu’ici Brian Wood fait bien attention à ne pas le réduire à un croque-mitaine monolithique). C’est d’ailleurs avec ce dernier qu’on voit un peu ce que le scénariste a en tête. Plutôt qu’en faire un Sith surgissant de nulle part pour se venger des rebelles et de Luke, Wood a l’idée judicieuse de lui faire payer le prix de ses erreurs. Ben oui : La destruction de l’Etoile Noire c’est aussi parce que Darth Vader a merdé. Du coup la hiérarchie de l’Empire le regarde d’en haut… Bien sur ce n’est qu’un premier numéro mais la série démarre très bien. Et puis allez… même si l’avenir de Star Wars chez Dark Horse semble limité, Brian Wood est aussi, par ailleurs, un auteur Marvel. Ne serait-il pas permis de rêver que cette série pourrait survivre à un éventuel changement d’éditeur ? En tout cas pour ce qui est du moyen terme, ce mensuel Star Wars semble très prometteur…

[Xavier Fournier]