[FRENCH] Une semaine après avoir fait connaissance de la nouvelle formule des Avengers selon Brian Michael Bendis et John Romita Jr., Ed Brubaker nous présente ce qui sera visiblement la branche pro-active des Vengeurs, celle qui n’attends pas que les problèmes arrivent pour les régler. Et entre les auteurs et le casting, ce premier numéro sent déjà très très bon !

Secret Avengers #1 [Marvel] Scénario d’Ed Brubaker
Dessins de Mike Deodato
Sortie aux USA le mercredi 26 mai 2010

Quoi ? Encore une équipe « proactive » ? Après que les X-Men aient relancé X-Force sur le même thème, après que les Outsiders aient décidé d’aller là où la Justice League n’allait jamais… Après Forceworks et une énorme quantité de titres se lançant sur le même préambule cette dernière décennie, il faut bien dire qu’ils ne sont pas légion à avoir tenue promesse. Ne serait-ce que pour des raisons de tension dramatique, les scénaristes de comics ont souvent le plus grand mal à imaginer une équipe qui anticipe les problèmes. De fait, bien souvent le groupe se retrouve lui aussi à subir les événements et n’est que très théoriquement « pro-actif ». On verra ce que cela donnera par la suite mais ce n’est pas l’impression qui prédomine à la lecture de ce numéro 1. Au contraire, le fait que Steve Rogers soit en charge des opérations fait des Secret Avengers une sorte d’opération de guérilla contre le mal sans pour autant en faire un ramassis de fous sanglants (c’est ce qui explique sans doute que the Beast ait claqué la porte des X-Men après avoir appris l’existence de X-Force mais qu’il apparaisse dans cette nouvelle équipe secrète sans qu’il y ait vraiment contradiction).

Les Secret Avengers de Steve Rogers vont donc mener des missions sur des menaces potentielles… tout en ne s’empêchant pas de tomber sur de l’imprévu. La scène d’ouverture mais aussi, plus tard, le sort d’un membre sur Mars le démontrent tour à tour. Ed Brubaker donne assez vite une équipe à partir d’invidualités fortes, sans se perdre dans des heures de discours. Il y a d’un côté les alliés naturels de Rogers tels que Warmachine, Sharon ou the Beast. De l’autre des héros un peu borderline qui ont choisi la voie de la rédemption. Seul personnage sur lequel je m’interroge encore après la lecture de ce #1: la Valkyrie (pas de passé particulier avec les Vengeurs ou avec Rogers, pas de besoin spécial de rédemption… il faudra nous donner un peu plus d’explications sur son compte dans les mois à venir). Secret Avengers me fait un peu pense à un mélange entre les Ultimate Avengers et les Secret Defenders (oui, la série hideuse des années 90, sauf qu’ici le concept est bien exécuté). On sent qu’autour d’un noyau dur Brubaker se réserve le droit de faire appel à des « spécialistes » quand nécessaire et à partir de là le scénariste pourrait être amené à brasser de nombreux second-couteaux qui ont besoin d’être remis dans le spotlight. Au dessin Mike Deodato démontre le même niveau d’implication que pour ses récentes productions (Thunderbolts, Dark Avengers…). C’est donc un titre d’emblée énormément sympathique que nous découvrons là ! Là pour le coup la promesse est tenu, pas de souci !

[Xavier Fournier]