[FRENCH] Le nouveau Scarlet Spider (qui d’ailleurs n’en est pas encore à utiliser officiellement ce nom) le dit tout haut : il n’est pas un super-héros. Malheur à qui lui cherchera des noises. Et pourtant, dans le même temps, il a une petite voix dans sa tête. Peut-être pas un sens des responsabilités mais en tout cas l’amorce d’une conscience. Ca ne fait pourtant pas de lui un enfant de coeur.

Scarlet Spider #2 [Marvel Comics] Scénario de Chris Yost
Dessin de Ryan Stegman
Sorti aux USA le mercredi 8 février 2012

Tourner le dos aux liens, fuir les responsabilités et toute attache. Peut-être parce que cet autre homme-araignée ne pourrait supporter d’assumer le bilan de ses années sanglantes. Alors il va de l’avant, ne veut pas se poser… et ne veut surtout pas qu’on le prenne pour un boy-scout. A bien des égards cette nouvelle série de Scarlet Spider est un titre qui, par ellipse, parle de Peter Parker, en cherchant ce qui fait le héros. Son ADN ou son éducation ? Car sans l’amour de May et Ben Parker pour lui donner un sens moral, ce double de Peter n’a pas les mêmes réflexes. On serait même plutôt dans le registre d’un Wolverine, d’un James Howlett qui n’aurait pas des griffes de métal mais des pouvoirs arachnoïdes.

Chris Yost et Ryan Stegman continuent de livrer une série qui a le rythme d’une poursuite en voiture. Le Scarlet Spider se mêle d’une affaire qui ne le regarde pas, sans connaître les bases de la dite affaire, mais ça fonctionne plutôt bien. La scène de la clinique laisse aussi augurer que le Scarlet Spider aura vraiment une dynamique totalement contraire à celle de Spider-Man, avec des liens très diffents avec la populace. Là où les habitants de New York ne sont généralement pas très tendres avec l’alter-ego d’un Peter Parker qui fait pourtant de son mieux, le Scarlet Spider inspire au contraire un sentiment d’adhésion à la foule et, plus surprenant encore, aux pouvoirs publics. Au point d’ailleurs que la logique d’identité secrête pourrait avoir une nature très différente dans cette série. Scarlet Spider a dont le goût d’une Spider-série alternative, je veux dire par là pas seulement le goût d’un clone mais d’un héros arachnéen qui, dans le même genre de situation, prend des décisions très différentes, avec des résultats inattendus. L’effet est à confirmer dans les mois qui viennent mais on y gagne peut-être une extension de l’univers de Spider-Man, dans un titre où beaucoup plus de choses peuvent arriver que dans Amazing…

[Xavier Fournier]