Avant-Première VO: Review Savage Hulk #2[FRENCH] Charles Xavier et ses X-Men sont bien décidés à guérir Bruce Banner. L’exercice peut sembler futile (la saga se déroule dans le passé et l’on sait bien que, depuis, Hulk est resté Hulk) mais c’est surtout un prétexte pour ouvrir aux mutants les portes de l’univers du géant vert. Ennemis inclus !

Savage Hulk #2Savage Hulk #2 [Marvel Comics] Scénario d’Alan Davis
Dessin d’Alan Davis
Parution aux USA le mercredi 14 juillet 2014

Alan Davis revient, toujours accompagné de Mark Farmer à l’encrage et toujours résolu à canaliser un peu de l’esprit de Neal Adams pour une saga « vintage » mais pour autant pas dépassée. Si l’auteur nous livre ce qui, au premier abord, ressemble à une minisérie Original X-Men vs. Hulk, on prend un peu plus la mesure de son intention. Certes la première génération de X-Men est omniprésente mais, à la réflexion, ce n’est pas « simplement » une confrontation. Ce sont plus les mutants qui, sur la piste de Banner, sont littéralement avalés par ce qui fait l’existence d’Hulk. Ils ont droit à ses adversaires les plus marquants (Abomination, le Leader) mais sont aussi les témoins de l’acharnement militaire (ah, l’époque du Major Talbot…). Davis passe en revue ce qui pourrait sembler être des poncifs mais en utilisant comme néophytes les X-Men, des héros qui sont certes habitués à Magneto et aux « enfants de l’atome » mais qui n’ont pas le mode d’emploi en ce qui concerne les monstres créés par les radiations gamma.

Pour autant que l’action se déroule dans le passé, Alan Davis gère assez finement le travail d’équipe des mutants (par exemple, la collaboration mentale entre Cyclops et Jean Grey pour attaquer l’Abomination). Comme je le disais en ouverture, on pourrait se dire que, tout cela étant un « insert » dans une saga connue, l’histoire ne changera rien et est donc dispensable, en dehors des jolis dessins de Davis. Mais le ressort du récit se situe ailleurs. L’idée est bien que les X-Men, héros eux-mêmes pourchassés, voient pratiquement à travers les yeux d’Hulk sa situation. Et, avec la conclusion de ce numéro, on se dit que les mutants n’ont pas fini d’en voir… des vertes et des pas mures. Connaissant Davis, il est très possible qu’il ne soit pas particulièrement intéressé par l’idée d’écrire et dessiner une ongoing. Si le dessinateur Davis fait un peu ce qu’on lui dit (par exemple, ses récents épisodes de Wolverine), le scénariste, lui, semble préférer se centrer sur des projets spéciaux, décrochés de la chronologie récente. Mais ces deux premiers épisodes sont un signal de rappel important de l’auteur complet, à la fois fun et dynamique, qu’est Davis. Et franchement, un mensuel produit (d’ailleurs pourquoi pas Hulk à l’occasion d’un inévitable futur relaunch) dans les mêmes conditions par l’ex-narrateur d’Excalibur ou de Clandestine, on signerait tout de suite…

[Xavier Fournier]