[FRENCH] Après le numéro #175 et son contexte plutôt cosmique, Erik Larsen revient sur Terre. Malcom, le fils de Savage Dragon, doit apprendre à vivre sans son père et, en un sens, à la place de son père. Il lui faut se montrer responsable. Malheureusement pour lui sa nature même fait qu’il est à part et que même une simple rentrée des classes peut paraître plus compliquée qu’il y parait…

Savage Dragon #176 [Image Comics] Scénario d’Erik Larsen
Dessin d’Erik Larsen
Sortie aux USA le mercredi 30 novembre 2011

Face à la nouvelle vie de Savage Dragon, l’adolescence de Malcom est… complexe. A plus forte raison parce que c’est un processus qu’il est le seul à connaître au sein de la série. Son père est après tout « né » au milieu d’un champ de flammes sans souvenir de son existence précédente. Même les Little Wise Guys ne font pas mine de grandir. Une touche qui est assez bien vu de la part de Larsen car c’est un peu comme si son jeune héros était le seul à connaître les affres de la croissance. Angel aussi devient plus mûre (c’est évident dans cet épisode) mais tout se passe comme si elle était déjà de l’autre côté. Et en un sens elle l’est puisque Malcom, avec sa peau verte, ne peut pas passer pour « normal ». Et sa force, qui devrait lui attirer un peu de respect ne déclenche que la jalousie d’un autre élève de son école. Malcom est seul. Encore heureux que quelqu’un lui tend la main…

Sauf que ce quelqu’un c’est Overmaster, le type qui semble avoir tué son père. Forcément la rencontre dégénère au bout de quelques cases et le combat explose, comme Larsen sait si bien le faire. D’ailleurs à un moment on pourrait se convaincre que la bataille va occuper le reste de l’épisode. Mais le scénariste/dessinateur a une autre idée et en revient, encore, à la solitude de Malcom. Encore que… Seul ? Vraiment seul ? La dernière scène semble dire que non. Mais encore faut-il se méfier des faux semblants dans cette série où Larsen donne souvent l’impression d’être on ne peut plus direct avant de montrer qu’il a au contraire une subtilité fine. En attendant Malcom reste un personnage bien sympathique tout au long de cette tranche de vie… Je serais curieux de voir un projet (un one-shot ou une mini) réunissant Malcom avec Invincible. Ces deux-là auraient sans doute beaucoup de choses à se dire…

[Xavier Fournier]