[FRENCH] Power Girl a mis l’Ultra-Humanite hors d’état de nuire dans le précédent épisode et en profite pour… s’offrir des petites vacances dans le royaume natal de son amie Terra. Pour ce dernier numéro de la version Palmiotti, Gray & Conner (snif) les auteurs font un peu le tour des éléments de la série…

Power Girl #12 [DC Comics] Scénario de Jimmy Palmiotti & Justin Gray
Dessins d’Amanda Conner
Sortie aux USA le mercredi 26 mai 2010

Une « blonde à forte poitrine » (selon l’expression consacrée par E. Semoun). Voilà ce à quoi on serait parfois tenté de réduire Power Girl, c’est à dire une bimbo reposant seulement sur son sex-appeal. A partir de là il était facile de croire que la série Power Girl ne volerait pas bien haut. A tort. Un an plus tard Jimmy Palmiotti, Justin Gray et Amanda Conner peuvent être fiers d’une série qui aura joué sur les ressorts du charme tout en restant « mignonne ». C’est d’autant plus frappant quand on lit ce douzième épisode où l’héroïne revisite différents personnages qu’elle a pu croiser dans le courant de l’année (y compris Vartox le macho de l’espace !).

En définitive ce Power Girl #12 n’a qu’un défaut : c’est le dernier de l’équipe en place, remplacée dès le mois prochain par Judd Winick dans l’idée de rapprocher la série de l’esprit de Justice League: Generation Lost. Franchement, vu la Power Girl qu’on a connu ces derniers mois je ne suis pas vraiment convaincu de la nécessité de « changer », dans le sens où j’imagine parfaitement les auteurs actuels se glisser dans l’atmosphère JLI… et où je ne sais pas trop, par contre, ce qu’on va gagner au change. C’est clairement la fin d’une ère pour la série mais elle a l’avantage de passer en revue les personnages qui ont marqué l’année écoulée. Une fin qui n’est pas tonitruante mais qui permet aux auteurs de prendre congé de leur héroïne… en beauté, forcément…

[Xavier Fournier]