Avant-Première VO: Review Original Sin #2[FRENCH] Les plus grands super-héros Marvel (les Avengers et quelques guests) sont à la poursuite des assassins supposés d’Uatu le gardien. Pendant ce temps d’autres héros sont dispatchés par un mystérieux boss… Il est temps de lever le voile sur les bad guys de service… Qui n’ont rien des « usual suspects ».

Original Sin #2Original Sin #2 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessin de Mike Deodato
Parution aux USA le mercredi 21 mai 2014

Ce deuxième épisode d’Original Sin voit les Avengers et les autres protagonistes continuer d’explorer l’univers Marvel à la recherche d’une piste, tandis que les auteurs induisent avec assez de finesse que les héros ne connaissent que la surface des choses. D’où un sentiment de découverte de certaines coulisses, comme ce « cimetière des éléphants » consacrés aux monstres géants. L’épisode se lit quand même assez vite en général mais permet de préciser certaines choses. Et je pense en particulier au boss qui a envoyé quelques équipes pour des missions secondaires. Dans le précédent épisode, je pensais qu’il s’agissait simplement d’un Nick Fury fonctionnant par ellipse, demandant un complément d’enquête, avec un Deodato qui, comme cela lui arrive quelquefois, aurait un peu poussé sur les ombres. Mais ce deuxième épisode nous montre précisément qu’il n’en est rien, qu’il s’agît de deux personnages distincts. Reste donc à savoir qui est cet « oracle » de l’univers Marvel.

L’épisode se lit vite, donc, mais repose vraiment sur la révélation des ennemis. Bon, pour qui a surveillé les couvertures à venir, ce n’est pas forcément une surprise mais, quand même, c’est assez agréable de voir que des seconds couteaux, pardon… des troisièmes couteaux puissent avoir un rôle dans l’univers Marvel et que les choses ne passent pas forcément par Thanos ou Galactus (que j’aime bien par ailleurs mais ce n’est pas la question). C’est un des quelques éléments que j’avais apprécié dans le Final Crisis de Grant Morrison, la capacité d’aller puiser des « nobody » comme Libra ou Human Flame. Ironiquement deux des personnages ramenés ici sont des créations de Morisson. Et puis il y a un chouchou d’Aaron, trimballé depuis son run sur Ghost Rider et qui fait une apparition logique dans cette quête d’oeil. Après des débuts très modestes dans les 70’s, cela fait tout drôle de le voir capable de tenir tête aux Avengers et cela va assez dans un certain état d’esprit instauré ces derniers temps chez Marvel par des Hickman ou Aaron, qui puisent aussi bien des Hyperion, Captain Universe ou Iron Mask de l’oubli. Reste que l’épisode tient surtout en ses dernières pages. À partir de là la plupart des pions sont sur l’échiquier, la mise en place est terminée. Maintenant il s’agît d’entrer dans le vif du sujet…

[Xavier Fournier]