[FRENCH] Ils étaient sept, envoyés sur Terre pour la protéger, la guider. Mais l’humanité n’a pas vraiment apprécié le cadeau. Au point d’exterminer la plupart des « Greats ». Il n’en reste qu’un, qui s’est retiré dans sa citadelle et qui de toute façon n’a jamais fait confiance aux humains. L’ennui c’est qu’un jour la Terre est menacée et qu’il faut demander l’aide de ce dernier champion. Aïe!

Last of the Greats #1 [Image Comics]
Scénario de Joshua Hale Fialkov
Dessins de Brent Peeples
Parution aux USA le mercredi 5 octobre 2011

Avec Last of the Greats le scénariste Joshua Hale Fialkov s’intéresse à une certaine forme de déconstruction du modèle de Superman. Voici un être supérieur qui ne veut pas de la Terre et une Terre qui ne veut pas d’un protecteur omniprésent. Jusqu’au jour où une invasion extra-terrestre force les simples mortels à ravaler leur fierté et à aller demander de l’aide au seul être capable de les défendre. Sauf bien sûr qu’il n’est au demeurant pas du tout partant pour se mêler de cette affaire. Il est difficile d’entrer plus dans le détail sans spoiler les choses mais le scénario est puissant, bien vu, à mi-chemin entre « Irredeemable » et « Drafted ». Ce n’est pas vraiment un récit de super-héros malgré ce que la pseudo-Justice League aperçue au début pourrait nous faire croire. Non, c’est du post-super-héroïsme, l’existence de héros à superpouvoirs étant le préambule de départ mais pas un fin en soi. Il faut attendre les dernières scènes pour prendre la mesure de l’idée de Fialkov… Une vraie trouvaille !

… Mais malheureusement cette bonne idée n’est pas spécialement servie par le dessin de Brent Peeples qui, bizarrement va en se dégradant dans le numéro (l’avant-dernière page est grossière au poit qu’elle aurait à peine sa place dans un fanzine). Avec un dessinateur adéquat (ou si Brent Peeples se reprend dans les épisodes à venir), Last of the Greats aurait le potentiel pour être quelque chose de la trempe d’un Cla$$War mais pour l’instant l’image plombe un peu ce démarrage… Curieux cependant de voir comment l’histoire va évoluer…

[Xavier Fournier]