[FRENCH] Double dose de John Romita Jr. cette semaine avec, après Avengers #11, l’arrivée du deuxième épisode de Kick-Ass « saison 2 », après un délai qui aura duré. Le dénommé Kick-Ass est en train de voir son rêve se réaliser et de rejoindre une armada… pardon une équipe de super-héros. Et on sent d’emblée qu’une partie des justiciers costumés ont les mêmes problèmes d’égo que lui. Une catastrophe en devenir ?

Kick-Ass 2 #2 [Marvel/Millarworld] Scénario de Mark Millar
Dessins de John Romita Jr.
Sorti aux USA le mercredi 30 mars 2011

Où donc était passé Kick-Ass ? Cette deuxième saison n’a pas la régularité de la première mais par contre j’apprécie assez l’évolution de Romita Jr. sur ce titre, avec quelque chose de plus noir, plus « crade » en un sens, qui convient à merveille aux aventures du bonhomme en vert (et, oui, je sais, tout ca ne fait pas très « silver age » mais c’est justement le principe). Niveau scénario Mark Millar nous donne par le détail ce que la conclusion du précédent numéro nous laissait prévoir. « Justice Forever » est composé en partie de cas pathétiques et, par ailleurs, de figures mystérieuses qui n’ont pas forcément l’air recommandable. J’ai quand même un peu l’impression de lire l’alliance entre Red Mist (dès le début j’ai de la peine à croire qu’il n’y a que de bons gars là-dedans), Big Daddy et Hit Girl avec, tout au plus, un changement d’échelle. Et Dave, toujours aussi demeuré, n’hésite pas à se démasquer alors que dans le même temps il y a au moins un membre du groupe qui garde son visage caché. Hum hum. On sent bien que « Justice Forever » ne va pas durer très longtemps avant d’imploser.

Sous ce vernis blasé, en même temps, il faut dire que le titre arrive vraiment à dépasser les clichés inscrits dans l’ADN de la plupart des comics depuis des décennies. Il n’y a guère que Garth Ennis (sur ses Preacher, Punisher, The Boys) qui ait donné des scènes finales de ce type (et ce que promet la couverture du #3, clairement ce n’est pas le Bat-Hound). Il me semble que Millar retrouve une certaine forme de férocité qu’il avait sur Authority, qui se voit moins ici parce que les gars n’ont pas de pouvoirs. Il est clair, cependant, que même si j’aime assez, c’est quand même un peu moins frais que la seconde partie de la première série Kick-Ass (mais cela s’explique sans doute par l’absence relative d’Hit Girl, véritable star du titre). Et j’espère bien que les épisodes qui viennent ne nous expliquerons pas que Insect-Man est Red Mist déguisé ou un truc du genre…

[Xavier Fournier]