Avant-Première VO: Review Justice League 3000 #1[FRENCH] Nouvelle extension de la Justice League, ce titre explore surtout l’avenir de DC, un avenir vierge depuis que la Legion of Super-Heroes a été débarquée et liée à un autre espace-temps. Découvrons donc qui sont… hum… Bruce Wayne, Hal Jordan, Barry Allen et les autres ? Car si vous pensiez que les membres seraient des descendants de la Ligue actuelle, vous avez tout faux…

Justice League 3000 #1Justice League 3000 #1 [DC Comics] Scénario de Keith Giffen & J.M. DeMatteis
Dessin d’Howard Porter
Parution aux USA le mercredi 11 décembre 2013

Le futur. L’an 3000. Les super-héros ont disparu pendant le Grand Désastre. Mais récemment, ils sont cinq à être revenus. Batman, Superman, Wonder Woman, Flash et Green Lantern sont de retour, sous la houlette de deux jeunes alliés. En un sens on serait tenté de dire que ce sont les « Super Friends » de l’an 3000… Si ce n’est que ces gens-là ne sont pas du tout amis. Batman et Superman ne pensent qu’à s’engueuler et Wonder Woman se demande qui elle va attirer dans son lit. Non, ce ne sont pas des membres du Crime Syndicate mais bien la Ligue originelle. Mais il y a un twist… Tout ça se déroule sur fond de Projet Cadmus (antique création de Jack Kirby). Le Projet Cadmus de l’an 3000 est encore plus fou que son homologue moderne mais reste spécialisé dans… le clonage. C’est donc bien Barry, Bruce ou Diana qui composent les rangs de cette Justice League là, mais avec un hic : l’ADN prélevée était endommagée et les séquences mémorielles qui l’accompagnaient étaient incomplètes. Moralité, ce que nous avons là sont des copies des membres originaux mais sans certains souvenirs. Et quand le Superman de l’an 3000 ne se souvient pas avoir été Clark Kent, quand Batman semble avoir oublié en partie l’assassinat de ses parents, ça donne des héros très différents, moins humbles et plutôt prêts à en découdre.

Ce n’est pas vraiment ce qu’on pouvait attendre mais l’effet de surprise joue plutôt pour le titre. Ce sont des copies assumés des cinq membres de la Justice League mais qui, par la force des choses, ne peuvent que devenir de plus en plus différents de leur modèle. La seule petite chose que je ne comprends guère c’est l’intérêt très relatif d’avoir cloné Hal Jordan (vu que c’est le seul humain du lot). Par contre Keith Giffen et J.M. DeMatteis semble avoir choisi un environnement bien particulier, qui fait à sa manière référence à l’univers DC AVANT Flashpoint. La vision de la Lune explosée (clin d’œil à Justice League: Lost Generation) ou la mention de ce futur où on déteste les Green Lantern (élément apporté à l’époque des épisodes de Green Lantern par Ron Marz)… Tout ça donne l’impression qu’on est dans le futur de la vieille continuité. Ce n’est sans doute pas totalement le cas mais en tout cas les auteurs s’amusent à semer ce genre de petits signes. Soulignons aussi le travail du dessinateur Howard Porter, qui a proprement réinventé son style par rapport à ce qu’on lui connaissait. En tout cas, niveau scénario ou dessin, ça intrigue…

[Xavier Fournier]