Avant-Première VO: Review Guardians of the Galaxy #0.1[FRENCH] Les lecteurs de la précédente série Guardians of the Galaxy avaient pratiqué Star-Lord (le leader de l’équipe) sans forcément savoir d’où il venait. Alors que Brian Michael Bendis relance le groupe, voici un prologue pour mettre de l’ordre dans l’histoire personnelle de Peter Quill…

Guardians of the Galaxy #0.1Guardians of the Galaxy #0.1 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessin de Steve McNiven
Parution aux USA le mercredi 27 février

Qu’on se le dise. Le « Cosmic Corner » de Marvel est de retour et, après la relance de la série Nova, voici venu le temps des Guardians of the Galaxy, après un petit détour par la série Avengers Assemble. Pour l’occasion le scénariste nous éclaire un peu sur les origines de Star-Lord. Quand je dis « nous éclaire », c’est qu’il y avait de l’ordre à faire dans l’historique du personnage, sachant que les contradictions ont été nombreuses ces dernières décennies (Star-Lord a été créé dans les 70’s comme un personnage dans sa propre réalité alternative, distincte du reste de l’univers Marvel. Mais les auteurs suivants n’en ont pas forcément tenu compte). Du coup Bendis nous raconte ici sa version de l’enfance de Peter Quill… Peu de temps après avoir les origines du nouveau Nova, cette génèse d’un enfant découvrant que son père est lié à l’espace a comme un air de famille… On sent bien que Bendis, comme Loeb, ont décidé de montrer que leurs héros avaient les pieds bien liés au sol de la Terre et que cette dernière resterait leur « mère-patrie ».

Pour ceux qui ont déjà lu le Marvel NOW Point One, préparez-vous cependant : Il y a tout un ensemble de pages (globalement l’attaque de la maison des Quill) que vous avez déjà pu voir dans ce spécial pourtant pas si vieux et à partir de là on peut se demander si une des raisons d’être de ce O.1 n’est pas de décaller ni vu ni connu le vrai lancement de la série d’un mois, en nous donnant ici un numéro déjà en partie publié ailleurs. Si le dessind de Steve McNiven n’est pas mauvais, il règne cependant une ambiance de « soft retcon » qui était en bonne partie nécessaire (la clarification des origines, par exemple) mais à d’autres endroits semble peu raccord (par exemple le fait que Peter Quill se voit désormais avant tout comme un défenseur de la Terre, ce qui n’était pas sa préoccupation principale dans la série d’Abnett et Lanning). Globalement c’est sympathique à lire c’est plus une histoire solo de Star-Lord qu’une aventure collective des Guardians of the Galaxy et on attendra donc le #1 pour se faire une idée de la manière dont Bendis voit les choses sur le moyen terme.

[Xavier Fournier]