Avant-Première VO: Review Green Lantern #9

[FRENCH] Coincé sur la planète-mère des Indigo, Green Lantern a perdu son seul « allié ». Sinestro lui-même a été transformé, l’esprit reprogrammé. Mais il reste un autre habitant de ce monde, l’équivalent d’un maître Yoda, qui en sait long sur ce qui se passe ici et sur la nature même du Indigo Corps. Nok !

Green Lantern #9 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns
Dessins de Doug Mahnke
Sorti aux USA le mercredi 9 mai 2012

Geoff Johns avait promis pour cet arc l’origine des Indigo… On pouvait se douter depuis plusieurs de leur fonctionnement, après ce qui était arrivé à Black Hand à l’issue de Blackest Night ou encore ce à quoi Sinestro était destiné. Est-ce que pour autant l’explication tombe comme un pétard mouillé ? Oh que non car au delà des confirmations ce numéro très dense revient sur le passé de Sinestro, sur le pourquoi de la fondation du Indigo Corps, sur l’identité de ses deux créateurs et sur la finalité de cette armée. Seulement établir l’empathie universelle ? Vous n’y êtes pas. On a souvent comparé l’univers des Green Lanterns avec celui des Jedi de Star Wars et je dois dire que ce numéro fait un peu penser à la découverte de l’armée dans « L’Attaque des clones ». Non, pas de clones ici, rassurez-vous… Mais la réalisation que les Indigo servent un objectif bien précis, une sorte de « briser la glace en cas d’alerte » cosmique. Et puis il y a aussi ce pseudo-Yoda qui en sait long… Au-delà de comment le corps Indigo a été créé, c’est bien le pourquoi qui donne une autre dimension à cet épisode. Certes on avait conscience du danger mais voici que Geoff Johns donne un point d’orgue, un coup d’accélération…

Depuis le reboot, certains épisodes ont parfois donné l’impression d’être plus vite lus que dans l’ancien volume. Là, ce n’est pas du tout le cas. On sent que les pistes lancées vont alimenter les mois à venir et que les secrets dévoilés ici vont servir. Ce numéro marque sans doute un tournant important pour la mythologie de Green Lantern et des différents « corps ». En tout cas c’est percutant et à relance la machine, avec un Hal Jordan qui a de bonnes raisons pour se demander comment il va se tirer de ce sac de noeuds… Du tout bon (sauf bien sûr si vous êtes allergique au « cosmique »). Bref, on referme en regrettant que le titre ne soit pas bimensuel…

[Xavier Fournier]

FB Comments

FB comments

Comments: 0

Laisser un commentaire