[FRENCH] Comme toujours chez Marvel, les mutants sont pourchassés et fichés. Le gouvernement veut les manipuler ou les détruire. Ce qui change, cette fois, c’est que l’action se déroule avant Uncanny X-Men #1 et avant les débuts officiels de l’équipe. Qui, donc, protégeait les mutants à l’époque ? Et bien les X-Men d’avant les X-Men : Les First X-Men !

First X-Men #1 [Marvel Comics] Scénario de Neal Adams & Christos Gage
Dessins de Neal Adams
Sorti aux USA le mercredi 1er août 2012

Si vous avez lu les aventures des Avengers 1959, vous voici en terrain de connaissance, avec la recette appliquée aux mutants. Un collectif d’enfants de l’atome se forme après avoir remarqué que leur race est pourchassée. Le rapprochement avec les Avengers 1959 se fait d’autant plus facilement que dans les deux cas on trouve Sabretooth, cette fois relégué au rang de bras droit de Wolverine (et finalement les deux co-scénaristes de Creed amènent assez bien la présence de Creed aux côtés de Logan). Finalement ce First X-Men ressemble beaucoup à X-Men Les Origines. La dynamique est la même mais on a joué les chaises musicales avec le casting. Ici, c’est Logan et Creed qui se la joue « tandem lancé dans le recrutement », avec un Sabretooth destiné à (re)passer du mauvais côté. Même la scène avec Magneto fait penser à « Origines ». Et Charles Xavier, finalement, jour le rôle de celui qui ne veut pas jouer (ironiquement rôle de Logan dans Origines). Mais ce n’est pas forcément déplaisant. On est moins convaincu par les nouveaux personnages qui, eux, manquent un peu de charisme (il faut dire que le garçon n’est pas à son avantage).

Niveau dessin, Neal Adams n’est pas LE Neal Adams qu’il était il y a quelques décennies, quand il faisait équipe avec Tom Palmer. C’est certain (et il faut dire qu’il n’est pas aidé par la mise en couleurs flashy). Mais c’est quelque chose qu’on savait déjà à l’avance et, franchement, j’ai vu Neal Adams moins inspiré que sur certaines de ces planches. Le principal défaut que j’ai trouvé à la lecture est un manque de d’ellipse qui fait qu’on a l’impression que Logan se téléporte d’un coin à un autre. D’un autre côté je comprends les auteurs. On n’est pas dans le cadre d’un mensuel mais bien d’une mini, avec un nombre limité d’épisodes. Le rythme tendu s’explique un peu. First X-Men ne fait pas des étincelles mais n’est pas non plus déshonorant. La référence aux origines de Creed fait que j’ai l’impression que les auteurs ont plus potassé leur sujet que je m’y attendais. Il faudra attendre le numéro suivant pour voir ce que les First X-Men ont dans le ventre mais pour un début, sans que ce soit le comic-book du siècle, on a vu pire ailleurs…

[Xavier Fournier]