Avant-Première VO : Review Darkness #10[FRENCH] Disons-le d’emblée, ce numéro de Darkness est brillant. Enfin brillant par sa qualité scénaristique, pas par les (més)aventures du héros auquel, décidément les auteurs n’épargnent rien. Jackie en prend une nouvelle fois plein la figure et se retrouve dans une situation bien peu reluisante. La série continue de se renouveler avec le même bonheur…

Darkness #10 [Top Cow]
Scénario de Phil Hester
Dessins de Jorge Lucas
Disponible depuis le mercredi 21 janvier 2009

Darkness #10Bon d’accord, ce n’est pas une avant-première stricto senso, Top Cow ayant été un peu en retard pour nous fournir les épreuves cette semaine. Mais bon, en découvrant l’épisode dans la nuit, j’étais trop hilare pour me satisfaire d’un « dommage, il est arrivé trop tard et on ne va pas en parler ». Non, vraiment, il aurait été dommage de vous passer sous silence ce numéro où, une nouvelle fois, Phil Hester fait des siennes. Ce n’est pas compliqué : sous la direction scénaristique d’Hester, Darkness pourrait aussi bien être une nouvelle série depuis quelques mois. Les pouvoirs et le but du personnage ont changé. Après être mort l’espace d’un instant, Jackie est revenu à la vie. Ca c’est la bonne nouvelle…

L’ennui c’est que son âme est restée coincée en Enfer et que pour la libérer, l’ex-gangster est obligé de bosser comme collecteur d’âmes au service de Sovereign, un des grands pontes des dimensions infernales. Darkness, désormais, n’invoque plus guère de petites gargouilles. C’est avant tout un damné en sursis qui joue les gros bras pour l’autre monde. Et d’épisode en épisode Hester n’est jamais à court d’idées pour le mettre dans des positions inouïes. L’autre fois c’était une nonne qu’il lui fallait abattre. Le voici cette fois chez des culs-terreux habitués du supplice de… la fausse à purin ! Quand on vous disait que l’existence actuelle de Jackie n’avait rien de reluisant ! A partir de là l’histoire devient un récit de vengeance bien noire, où l’arme de prédilection est la hache… Par moment on se demande si Darkness n’est pas tout simplement tombé au pays des E.C. Comics !

Le style de Jorge Lucas se fait un peu plus expérimental mais par moment, dans certains traitements des ombres, il m’évoque certains vieux travaux de Richard Corben. Ce n’est pas très « mainstream » dans l’idée et sans doute que ce style ne sera pas du goût de tout le monde mais pour moi il participe à la remonté en flèche de Darkness ces derniers temps. Que dire sinon que Darkness est devenu une série qu’on attend avec impatience, histoire de savoir où Hester nous emmène cette fois. Le mois prochain, c’est la reprise de l’ancienne numérotation (avec le numéro anniversaire #75). J’espère que cela ne sera pas l’occasion d’un retour en arrière car ce passage « chasseur d’âmes » est vraiment très inspiré, quelque part entre les films Desperado et Angelheart. Le résultat est excellent…

[Xavier Fournier]