[FRENCH] Luke Cage escorte les Dark Avengers dans leur première mission « sponsorisée » par les autorités. Mais les vrais Avengers sont arrivés à les battre, ces malfaiteurs n’ont pas encore montré tout ce dont ils sont capables. Néanmoins les vrais Thunderbolts continuent de leur voler la vedette…

Dark Avengers #178 [Marvel Comics]
Scénario de Jeff Parker
Dessins de Kev Walker & Declan Shalvey
Sorti aux USA le mercredi 25 juillet 2012

Cage dirige tant bien que mal les Dark Avengers contre les forces de Sultan Magus (difficile de prendre au sérieux ce nom). Mais très vite on se rend compte que le combat se déroule sur plusieurs fronts. Il y a l’ennemi apparent et l’ennemi intérieur. Les Dark Avengers ne sont pas domestiqués. Et très vite il apparaît que Cage et Skarr connaissent finalement assez peu de choses des méthodes de ces co-équipiers capables de tout. Le noyau des Vengeurs Noirs gagne un peu en charisme… Meme si j’en suis encore à me demander pourquoi la blonde continue de se faire passer pour la Sorcière Rouge. Autant les autres, même le Dark Spider-Man, je peux comprendre les avantages de garder une certaine configuration, autant pour elle… Mais bon, il est certain que leur segment remonte en intérêt au fur et à mesure que les Dark Avengers montrent à nouveau des dents. Pourtant…

Pourtant il n’y a pas à se mentir. C’est bien encore et toujours les Thunderbolts qui tiennent la dragée haute dans cette série. Cette fois les voici échoués dans un futur qui ressemble énormément à celui de Old Man Logan… où plutôt à celui de Judge Dredd. Et dans ce monde là, l’équivalent du juge a un furieux air de famille. Encore que si c’est vraiment le personnage en question, on peut se demander pourquoi il ne reconnaît aucun des autres. C’est basique mais énergique. Tous les Thunderbolts n’ont pas le même « temps d’antenne » mais la série reste dynamique. D’autant que le post-apocalyptique convient bien au style de Kev Walker (et réciproquement). On se demande comment Jeff Parker va arriver à recoller ces deux intrigues si éloignées mais en tout cas l’arc en cours n’incite pas à l’ennui…

[Xavier Fournier]