[FRENCH] Tandis que les Dark Avengers se sont officiellement emparés du titre, les aventures des Thunderbolts piégés dans le temps continuent. Et il faut dire que, si leurs sauts dans le temps sont de qualité inégale selon l’époque concernée, Jeff Parker s’est surpassé dans cet épisode assez dense…

Dark Avengers #176 [Marvel Comics] Scénario de Jeff Parker
Dessins de Kev Walker
Sorti aux USA le mercredi 20 juin 2012

Cela devait arriver : Les Thunderbolts sont finalement tombés en plein Préhistoire, à l’aube de l’humanité, ce qui permet d’ailleurs à Jeff Parker d’ouvrir cet épisode avec un petit pied de nez à 2001 Odyssée de l’Espace. Le fait est qu’à cette époque Moonstone, Satana et les autres ne trouvent pas vraiment beaucoup de monde pour discuter ou les détourner de leurs discussions. Du coup les protagonistes en profitent pour se sauter à la gorge, chacun soupçonnant que l’autre est la source de leurs ennuis récents. Certaines pistes lancées sont d’ailleurs assez intéressantes. Mais la discussion est quand même coupée net par l’arrivée de ce qu’on pourrait considérer comme un passager clandestin : un personnage très connu, venu d’une autre série, qui va encore compliquer les choses pour l’équipe. Normalement ces données suffiraient à combler le contenu de beaucoup de comics et lancerait un arc à part entière pour résoudre ces questions. Mais Parker tient la forme et nous renseigne aussi sur le devenir du « Gardien du Nexus », selon une logique de refonte qui fait qu’à certains égards cette saga fait furieusement penser au Swamp Thing de Rick Veitch, quand le personnage avait lui aussi remonté le passé pour ressusciter. Je ne sais pas si la référence est voulue par Parker mais en tout cas elle fonctionne assez bien et la réaction des Thunderbolts au nouveau Man-Thing est assez… amusante…

Arrivé à la seizième page, le numéro en a déjà donné beaucoup mais se termine sur une fin explosive qui laisse quelques options ouvertes. Bien sur, c’est surtout et avant tout un épisode des Thunderbolts (pas la moindre mention ou ellipse de scène pour nous parler des Dark Avengers) mais c’est sans doute un gage bienvenu à l’attention des lecteurs de longue date pour leur prouver que malgré le changement de titre les affaires continuent. Seul petit reproche : le casting même de cette équipe pose un peu problème. Là où des Moonstone, Satana, Man-Thing ou Ghost trouvent leur place, des personnages comme Boomerang ou Hyde restent monolithiques et interchangeables. Un peu comme si Parker n’avait pas encore trouvé leur voix. Mais globalement le ton est assez prenant et on se demande ce qui attend les personnages au tournant. Enfin, s’ils survivent…

[Xavier Fournier]