Avant-Première VO : Review Captain America #47[FRENCH] Suite des « tribulations d’un Captain America en Chine » pourrait-on dire. Cette fois, pas de flashback concernant le passé des Invaders, Brubaker se concentre sur le plan actuel du savant asiatique. Et quel plan… La série continue son cours avec les défauts de ses avantages, à savoir que les fascicules donnent l’impression d’être une « tranche » du TPP ou d’une édition « omnibus ».

Captain America #47 [Marvel] Scénario d’Ed Brubaker
Dessins de Butch Guice
Sortie aux USA le 25 février 2009

Captain America #47Quand en désespoir de cause plus aucun plan ne marche, il reste toujours une solution : se jeter dans la gueule du loup. Et l’ex-Bucky n’étant pas le stratège qu’était Steve Rogers, c’est cette option qu’il prépare… Non sans se laisser une petite assurance. Le souci, c’est que l’actuel Captain America a peut-être sous-estimé le plan de Zang Chin. Et moi aussi. En voyant le « corps » du Human Torch originel il y a quelques mois, je m’étais dis qu’on s’orientait sans doute vers une sorte de résurrection à l’occasion du 70ème anniversaire du personnage. Si la chose n’est pas tout à fait hors de question (on nous parle d’Human Torch dans Captain America tandis que les Uncanny X-Men utilisent l’un de ses constructeurs et que le même Ed Brubaker prépare une mini sur la genèse, entre autres, d’Human Torch… Ca fait beaucoup pour être totalement innocent), elle débouche dans l’épisode présent sur un résultat qu’on n’avait pas vu venir, bien que le scénariste avait semé quelques indices.

Butch Guice assure la continuité visuelle du titre encore qu’il dessine une Black Widow très « typée », avec un visage en longueur qui lui donne plus de personnalité qu’une héroïne interchangeable (dans certains épisodes passés on faisait la différence entre Sharon Carter et Natasha seulement grâce à la couleur des cheveux et des vêtements). L’épisode se termine sur un cliffhanger assez marqué (encore que je serais curieux de savoir comment ca marche dans un tel environnement). Bref, sans être le Red Skull, le savant chinois et son bras droit se révèlent une menace bien plus corsée qu’on aurait pu le penser. Une fois de plus, on ne peut refermer l’épisode qu’en étant pressé de lire l’épisode suivant…

[Xavier Fournier]