[FRENCH] L’ex-Deadman se retrouve dans le dortoir des filles, Firestorm a des visions et l’eau commence à manquer dans des endroits où elle se trouvait encore la veille. Et la bague blanche pourrait bien servir à ramener encore plus de héros. Ou bien ?

Brightest Day #4 [DC Comics] Scénario de: Geoff Johns et Peter Tomasi
Dessins de: Ivan Reis, Pat Gleason & Ardian Syaf
Sorti aux USA le merdredi 16 juin 2010

Après un troisième numéro qui m’avait semblé marquer le pas (dans le sens où on avait l’impression qu’une bonne moitié des « revenants » étaient ignorés par l’intrigue), Brightest Day fait un peu tourner les choses au delà de ceux qui ont été les personnages principaux jusqu’ici. On appréciera ainsi que « Deadman » finisse par s’arrêter chez d’autres héros, lesquels ont été à peine montrés ces six dernières semaines (et il ne s’agit pas de Firestorm, dont la présence est anecdotique, bien qu’il soit sur la « regular cover »). Et qui plus est, l’un d’entre eux va droit au but en ce qui concerne la finalité de la bague blanche. Et si elle servait à autre chose qu’à sauver des petits oiseaux. Le manque d’ambition de Deadman, trop habitué à jouer les témoins, est ici contrebalancé par un personnage qui lui fait bien avancer les choses en quelques pages. Quand à savoir si elles vont avancer en bien ou en mal, c’est encore une autre paire de manches…

Brightest Day se remet également à évoquer l’univers DC dans son ensemble, impliquant que la lumière blanche ne concerne pas seulement les persos mais aussi leur environnement. On en n’avait guère entendu parler depuis la « reforestation » de Star City mais voici qu’un ou deux autres endroits semblent touchés à leur tour, ramenant, il me semble quelques vieux adversaires d’Aquaman dans la course. Il semblerait qu’on soit parti pour remettre au goût du jour non seulement des concepts comme Mera mais aussi des lieux qui, idéalement pourraient enrichir la géographie de DC. Même si on n’apprend pas grand chose du segment d’Hawkman (la double page du passage du portail m’a semblé inutile, puisque les héros se souvenaient déjà de leurs vies passées). Globalement on a quand même l’impression que les choses avancent (à quel point, c’est quelque chose qu’on pourra juger d’ici 15 jours) et c’est plutôt réussi…

[Xavier Fournier]