[FRENCH] C’est une bonne grosse semaine pour Batman, sans doute même la meilleure depuis le lancement de Batman and Robin par Grant Morrison. Libéré de la pression de l’inexorable retour de Bruce Wayne, le scénariste peut maintenant élargir la vision du justicier de Gotham… Bien au delà de Gotham en fait. Et une nouvelle fois on a la confirmation du bon tandem formé avec le dessinateur Yanick Paquette.

Batman, Inc. #1 [DC Comics] Scénario de Grant Morrison
Dessins de Yanick Paquette
Sortie aux USA le mercredi 17 novembre 2010

Pour sauver Gotham, il faut aussi sauver le monde qui l’entoure. Et si Batman a toujours ressenti des doutes au fait et de la méfiance au fait de partager la même sphère que la Justice League, le voici qui se lance, en compagnie de Catwoman, dans une véritable mondialisation de la justice. Premier arrêt pour recruter le « Batman japonais »… Sauf que celui-ci a été tué et que Lord Death Man fait régner le chaos. Au demeurant on pourrait croire à une histoire assez basique mais la verve scénaristique et graphique des auteurs (Yanick Paquette étant par ailleurs épaulé par Michel Lacombe) sait faire la différence. Des petites touches ironiques – Comme le fait que l’enquête de Mister Unknow (Monsieur Inconnu) l’ait mené à des morts non-identifiés (des « John Doe ») ou encore Catwoman qui est étonnée de la tendance SM des mangas alors qu’elle même est une certaine vision sm occidentale – donnent à l’ensemble un charme fou. Et je ne dis pas seulement parce que le dessinateur est bien connu pour sa maîtrise des courbes féminines.

L’avantage c’est que le résultat est énergétique à tous les niveaux tout en étant totalement reader-friendly. En imaginant que quelqu’un ne connaisse Batman et Catwoman que par de vagues extraits de dessins animés, il se sentirait totalement à l’aise dans cette série qui, pour autant, ne sonne pas de manière creuse. On appréciera aussi les relations évidentes entre Bruce et Selina, traitées de manière bien plus ouverte qu’en général. En pinaillant je dirais peut-être que le côté « coffre gardé comme par hasard par des souris-robots alors que Catwoman est dans la scène » est poil too much mais ça se limite à deux brèves cases. Il y a quelque chose de cinématique dans ce premier épisode, qui nous promet une série fun et pleine d’action. Et franchement, quand on voit que c’est le même prix qu’un numéro des Avengers, ma religion est faite sans le moindre doute. On s’y attendait un peu, c’est vrai, mais l’essai est confirmé : Comme Batman & Robin avant lui, Batman, Inc. s’impose comme un rendez-vous qu’il fera bon respecter chaque mois !

[Xavier Fournier]