Avant-Première VO: Review Batman 66 #1[FRENCH] Voici un comic-book numérique qu’on ne pourra pas qualifier de sombrer dans le jeunisme. Batman 66 est tout bonnement situé dans l’univers… de la série télévisée des sixties. Et du coup ne vous étonnez pas de voir un Bruce Wayne qui a le visage d’Adam West. Jeff Parker accouche ici d’une série superbement lisible et animée, habitée…

Batman 66 #1Batman 66 #1 [DC Comics] Scénario de Jeff Parker
Dessin de Jonathan Case
Parution aux USA le mercredi 3 juillet 2013

Jeff Parker faisait partie, il n’y a pas si longtemps des auteurs qui participait à la gamme Marvel Age, avec des épisodes qui, souvent, n’étaient pas autant destiné aux enfants qu’on a bien voulu le dire. Si on fermait les yeux sur certaines facilités de dessin qui n’étaient pas du fait du scénariste, Parker (à côté de ce qu’il faisait sur Agents of Atlas ou Thunderbolts) lorgnait à l’évidence sur un certain feeling des comics qui s’est fait rare ces dernières décennies. Un récit super-héroïque décomplexé qui remontait, d’une certaine manière, à une autre ère. Peut-être que c’est cette ligne dans son CV qui lui a permis de décrocher l’écriture de Batman 66, série qui surfe un peu (mais un peu) sur la même vague. D’abord disons-le. Si officiellement il s’agit d’adapter l’antique série Batman des années 60 (et on se demande sérieusement comment DC Comics a pu attendre si longtemps pour le faire) il ne faudrait pas que le côté bouffon et ringard (ringard assumé mais ringard quand même) des aventures d’Adam West vous révulse. Parce qu’ici la donne est différente. Oui, il s’agit bien de Batman et de Robin dans une version particulière. Mais, non, ce n’est pas simplement une décalcomanie de ce qu’on voyait à la TV). Ne serait-ce que parce que les auteurs ne sont pas limités ici par un budget d’effets spéciaux ou par une censure morale qui faisait qu’on n’attendait pas de grosses scènes d’action dans le feuilleton.

Non, cette fois c’est différent. Les personnages sont là, ressemblent à ce qu’ils étaient à l’écran (avec un super travail du dessinateur dans ce sens) mais plus encore ils PARLENT comme dans certains dialogues de la série TV sans pour autant paraître démodés. Et ici quand les méchants attaquent, ils font autre chose qu’une petite chiquenaude, ils font exploser des avions, menaçent réellement leur prochain. Il y a un sentiment d’enjeu plus que de parodie. Parker et Case se sont lancé très sérieusement dans ce défi, qui est d’emblée réussi. Batman 66 semble bien parti pour être une lecture qu’on attendra avec impatiente !

[Xavier Fournier]