[FRENCH] Lors d’une discussion entre membres des Avengers, Peter Parker/Spider-Man a un bref aperçu du Steve Rogers avant qu’il devienne Captain America : Un gars malingre ridiculisé par ses camarades de classes. Et d’un seul coup Spidey a une révèlation : Stever Rogers et Peter Parker = même combat. A moins, bien sûr, que Captain America ait un avis différent sur la chose…

Avenging Spider-Man #5 [Marvel Comics] Scénario de Zeb Wells
Dessin de Leinil Francis Yu
Sortie aux USA le mercredi 28 mars 2012

Clairement, voici le premier numéro de la série qui vait vraiment le titre d’Avenging Spider-Man puisque le héros ne se contente pas d’y faire équipe avec un collègue. Cette fois ce sont les Vengeurs qui servent de toile de fond à l’histoire, qui en sont les guest-stars. Un jour que les héros regardent les BD que le jeune Steve Rogers dessinait du temps de sa jeunesse, Spider-Man comprend que le jeune Steve, avant d’être un symbole patriotique vivant, était un… geek. Un fan de comics qui souffrait du traitement des autres. Un mal-aimé. Un Peter Parker avant l’heure ! Et à partir de là, Spider-Man ne pense plus qu’à une chose : se rapprocher de cette autre version de lui-même pour parler des choses qui, à priori, les intéressent tous les deux. Sauf que pour Captain America, c’est boulot/boulot…

En théorie Avenging Spider-Man #5 est un épisode qui tiendrait du fill-in, autocontenu et avec une histoire qui repose beaucoup sur les sentiments des héros plus que sur le bref aperçu de bataille auquel on a droit à un moment. En théorie voici donc réunis les ingrédients d’un épisode chiant et artificiel. Sauf que. Sauf que d’une part Zeb Wells est très inspiré dans ce récit. Bien qu’on voit surtout les héros en costume, il s’agit surtout d’une tranche de vie des Vengeurs. Que ce soit Leinil Francis Yu, qui a un passé avec les Avengers, qui s’occupe du dessin renforce aussi le sentiment de légitimité de cette histoire. Cet Avenging Spider-Man pourrait être un épisode des Avengers centré sur deux de ces membres. D’où un sentiment de sens, de justification, qu’on ne trouvait pas dans les numéros prédédents.. Une bonne surprise…

[Xavier Fournier]