Avant-Première VO: Review Avengers #34[FRENCH] Captain America est arrivé au bout du Temps. Ou en tout cas jusqu’à la citadelle d’Immortus où il est accueilli par… Iron Lad. Celui qu’on surnomme le First Avenger est donc confronté, en un sens, à l’ultime membre du groupe au regard de l’Histoire. Un épisode qui repose sur le charisme des protagonistes.

Avant-Première VO: Review Avengers #34Avengers #34 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessin de Leinil Yu
Parution aux USA le mercredi 27 août 2014

Après avoir découvert qu’Iron Man lui avait menti, Captain America a été projeté à travers le temps, d’époque en époque, découvrant ce que sont devenus les Avengers dans des futurs de plus en plus lointains. Les derniers épisodes en devenaient presque vides de sens tant on voyait, des milliers d’années plus tard, des hologrammes ou des robots se définir comme le Starbrand ou la Black Widow du futur. On n’avait pas d’affinité. En utilisant Iron Lad comme ponctuation finale de son arc, Hickman réhausse les choses, tout en nous renvoyant à sa chère citadelle du temps, déjà aperçue dans SHIELD ou dans Fantastic Four. Et là d’un seul coup le casting lui aussi reprend de l’ampleur, Hickman se permettant de lorgner lointainement sur Avengers Forever. Et comme Leinil Yu s’amuse visiblement beaucoup sur les personnages, cela fonctionne assez bien. En tout cas pour ce qui est de l’ambiance et de la « surface » de l’épisode.

Maintenant, il y a la structure de l’arc qui pose question. Et on sait pourtant qu’Hickman travaille ses structures comme un forcené. Mais, en gros, Captain America a traversé l’éternité pour… décider de quelque chose qu’il avait déjà décidé, en gros, avant qu’on l’emporte dans le Temps. Si l’on enlève l’alpha et l’oméga (l’épisode où Stark est découvert et celui-ci), on s’est quand même fait refiler beaucoup d’épisodes pas très utiles. Ou qui auraient dû être bien meilleurs que cela. Hickman fait référence verbalement à Avengers Forever mais voilà bien un modèle qu’il aurait réellement fallu suivre plutôt que cette pirouette où, finalement, le héros décide de s’en tenir à ce qui était prévu. C’est un épisode sympathique pour sa distribution mais pas tellement pour sa finalité. Alors peut-être que l’auteur a voulu se garder de l’effet pour les numéros à venir, qui eux aussi se déroulent dans un autre temps. Mais le compte n’y est pas tout vraiment.

[Xavier Fournier]