Avant-Première VO: Review Aquaman #28[FRENCH] Aquaman réalise que les humains ont installés un avant-poste en son royaume. Bien décidé à en apprendre plus, Arthur Curry doit donc se résigner à reprendre le chemin du monde de la surface, flanqué de sa chère Mera. L’occasion pour Jeff Parker de s’intéresser à la jeunesse d’Arthur. Si l’idée est fidèle à l’approche de Geoff Johns, elle a cependant un petit côté forcé et déjà vu…

Avant-Première VO: Review Aquaman #28Aquaman #28 [DC Comics] Scénario de Jeff Parker
Dessin de Paul Pelletier
Parution aux USA le mercredi 26 février 2014

Dans les ultimes épisodes écrits par Geoff Johns, Aquaman et Mera avaient décidé de tourner le dos à la vie à la surface pour mieux assumer leur rôle de couple régnant sur Atlantis. Cette fois Jeff Parker semble décidé à jouer un ou deux coups en arrière, ce qui implique du bon comme du mauvais. Après avoir repéré une base humaine non loin d’Atlantis, Arthur décide d’aller à la chasse aux infos et retourner donc vers son phare… Ce qui nous ramène donc à une obligation de se fondre à nouveau dans sa ville humaine d’origine. Les mésaventures d’Aquaman et de Mera dans leurs tentatives de vivre parmi les humains ont fait les beaux jours de l’actuelle série dans l’année qui a suivi le relaunch de DC. Retrouver cette dimension n’est pas forcément pour me déplaire mais la manière de faire est un peu artificielle. A peine revenu dans la ville de son enfance, Arthur doit se lancer dans un trip nostalgique qui me parait surprenant (disons que je ne vois pas bien en quoi retourner au phare peut aider les héros dans leur recherche d’infos sur la base Triton, surtout quand par ailleurs Aquaman a accès aux ressources de la Justice League).

C’est très sympathique, l’occasion de plusieurs scènes drôles, mais… c’est du déjà vu. Je crois que Parker serait plus inspiré s’il essayait de terminer la construction, la définition de l’Atlantis moderne, univers que Johns a délimiter sans lui donner la même dose d’humour. Du coup Atlantis n’est pas vraiment un endroit où Arthur et Mera donnent réellement l’impression de vivre, dont ils s’échappent à la première occasion pour nous rejouer des passages des premiers épisodes. Ça pourrait être bien pire mais il manque un peu de pep’s…

[Xavier Fournier]