[FRENCH] Tandis qu’Aquaman et Ya’Wara chassent Black Manta à travers le monde, on découvre de plus près un autre membre des Others. Et Mera fini par tirer quelques informations du Docteur Shin. Toute la question étant de savoir si l’homme dit vrai

Aquaman #10 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns
Dessins de Ivan Reis
Sorti aux USA le mercredi 27 juin 2012

Depuis qu’on a commencé à entrevoir les Others, il y a un personnage qui, au sein de ce groupe inconnu, fait beaucoup penser à une sorte de Batman. Taciturne, expert, efficace… Et nous le retrouvons dans les premières pages de ce numéro, pour mieux découvrir au bout de quelques scènes, quand il retire sa cagoule, qu’il n’est simplement un Batman bis. Geoff Johns intègre du coup une chronologie assez différente de ce qu’on peut attendre du DCnU et on peut se demander si, après tout, l’auteur n’est pas en train de ramener une sorte de « Golden » ou de « Silver Age ». En espérant que le scénariste saura éviter les clichés, qu’on aura pas simplement une histoire « d’héritage » (car le cas échéant celà ferait un peu redite avec les premiers épisodes de Batman Inc.). Autre chose : La manière dont Mera n’a pas l’air d’avoir d’antagonisme antérieur avec Black Manta donne vraiment l’impression que la mort (et par extension l’existence) d’Aquababy ne sont plus de mise. On devrait être formellement fixé assez vite…

Sorti de là, Aquaman combat toujours Manta et la poursuite reste joliment mise en images par Ivan Reis. Heureusement d’ailleurs car entre le combat « actuel » et celui du flashback, on a l’impression que ça tourne un peu à la rengaine. Même si le flashback n’est pas dénué d’informations, on aimerait quand même vite en arriver aux affaires sérieuses. La quête des talismans, en mode « collect’em all », tourne vite en rond. Heureusement la dernière scène nous promet une confrontation… peut-être pas au sommet mais un tout cas une discussion entre certaines personnes qui ont des choses à ce dire. Cet épisode d’Aquaman est fidèle à ceux qui ont précédés et Reis fait clairement le show. Mais Johns affiche une certaine lenteur là où on voudrait que les choses avancent. Vite. Pour l’instant on reste plus proche de la narration de la Justice League que de celle de Green Lantern…

[Xavier Fournier]