Avant-Première VO: Review Amazing X-Men #5[FRENCH] Amazing X-Men termine cette semaine son premier arc, ce qui impose que ce cinquième épisode de Quest for Nightcrawler un certain nombre d’éléments. Du coup le « capital surprise » n’est pas énorme, dans un numéro qui reste cependant efficace et pose les bases des mois à venir pour la série.

Amazing X-Men #5Amazing X-Men #5 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessin de Ed McGuinness
Parution aux USA le mercredi 26 mars 2014

Rétroactivement je me demande si Jason Aaron n’aurait pas été bien inspiré de brouiller un peu les cartes et de plus jouer la carte de l’au-delà. Je veux dire qu’il aurait été intéressant de ne pas savoir à l’avance quel membre des X-Men l’auteur comptait ramener du paradis. On aurait pu facilement intégrer une forme de flou, mieux impliquer Charles Xavier et laisser à penser que c’était peut-être lui le « revenant ». Sans parler des multiples autres X-Men défunts (Thunderbird, Jean Grey…) qui auraient pu venir jouer les renforts. Encore que je me demande si la petite rousse vue au début n’est pas une allusion à Jean Grey. Bref, dans une série qui a largement été « vendue » sur le retour de Nightcrawler on se doute à l’avance de ce que donne la fin de l’arc. Et plus encore, même les modalités de ce retour me semblent avoir été largement téléphonées depuis au moins le deuxième épisode. Il n’y a guère que le sort du paternel de Kurt qui reste « ouvert » jusqu’à la fin.

Passage imposé, attendu et moins surprenant, Amazing X-Men #5 n’en reste pas moins un comic-book agréable à lire. Pas LE meilleur du mois ou de la semaine mais, inversement, c’est loin d’être un mauvais épisode. Un petit regret par contre, que les autres X-Men soient « écrasés » à ce point. C’est le show de Nightcrawler, c’est bien naturel, mais plutôt que de perdre une page entière à montrer les autres mutants coincés sur Terre et, plus loin, leur réaction au retour de l’équipe, on aurait pu utiliser la place pour donner un peu de temps de parole à Northstar, Firestar ou Beast (et Storm s’en tire à peine mieux). Là aussi il y a une dose de nécessaire. C’est « la quête de Diablo » et pas celle des X-Men. Il est donc normal qu’on ait l’impression de lire « Nightcrawler et les X-Men ». Et même à un certain niveau, avec le retour de fun qu’il apporte, c’est bien agréable. Mais peut-être aurait-on pu être un peu plus subtil dans la manière de faire. Reste ce que j’en disais en ouverture. Il fallait en passer par là. Et maintenant que ce cap est passé, on a envie que Jason Aaron nous montre des choses plus surprenantes et plus équitablement réparties dans l’équipe.

[Xavier Fournier]