[FRENCH] Spider-Man n’en revient pas d’avoir perdu un de ses super-pouvoirs les plus utiles. Le voici handicapé dans ses mouvements les plus simples. Et quand, en face, l’adversaire est une sorte de super-preneur d’otages, la vie d’innocents pèse dans la balance. Quelle solution pour l’Homme-Araignée ? Passer par un nouveau changement de costume, bien sûr…

Amazing Spider-Man #656 [Marvel Comics]
Scénario de Dan Slott
Dessins de Marcos Martin
Sorti aux USA le mercredi 16 mars 2011

On connaissait le costume classique de Spider-Man puis celui du symbiote, issu de Secret Wars. Les années suivantes se sont chargées de nous amener d’autres tenues occasionnelles (comme la « Spider-Armor » argentée des années 90 ou encore le costume « Iron Spider » en préambule de Civil War). Quelques semaines après un costume, bleu marine spécialisé dans le camouflage et quelques temps après la tenue blanche éventée par les previews de FF #1, Spider-Man, décidément très porté sur les aller-retours dans la garde-robe ces temps-ci (et encore c’est sans compter sur les variant covers façon Tron). Dan Slott fait son possible pour justifier la chose, avec la perte d’une aptitude qui, de ce fait, handicape le héros. Mais, OK, d’accord, le héros a besoin d’une tenue à fonction, d’accord, mais en quoi cela justifierait un tel changement de totem, de couleurs et de forme ? Au moins pour la Iron Spider armor, Tony Stark avait imposé ses costumes. Comme pour le costume de camouflage apparu dans le #650, on sent bien que c’est juste un one-shot pour justifier quelques statuettes de plus. Parce que soit cette nouvelle armure est absolument nécessaire au fonctionnement du héros (et alors il faudrait garder le costume) soit elle n’est pas nécessaire (Marvel n’étant pas prêt à se séparer du look classique et ayant par ailleurs promis le look blanc aux FF on sait ce qui nous attend). Et dans ce dernier cas le but de la manÅ“uvre est pour le moins abstrait. A six épisodes de distance (allez, sept en comptant le 654.1), on nous fait le coup du costume éphémère ? Tout, dans l’idée, reste justifiable mais voilà, « Massacre », l’adversaire dans cette saga, a à peu près aussi peu de charisme qu’un vilain de fill-in de 1995 et, pouvoir en moins ou pas, on a vraiment du mal à croire que Spider-Man ait besoin d’en rajouter pour venir à bout d’un type de ce genre.

Reste que Marcos Martin s’en tire très bien de la mise-en-images de cet épisode, continuant les petites astuces de narration et de mise en page dont il a déjà fait preuve sur la série. Il nous rend assurément la chose bien plus agréable, plus belle à regarder. Reste que la finalité de l’épisode n’arrive pas à se dédouaner des doutes qu’on pouvait avoir dès la vision de la couverture dans les solicits de Marvel. Dan Slott fait ce qu’il peut pour essayer de faire passer la pilule mais en gros, comme c’était prévisible, on a vraiment l’impression d’un épisode périmé pratiquement dès qu’on le referme… Allez, encore quelques épisodes et on aura droit à la spider-armure anti-pluie ou au costume-parachute…

[Xavier Fournier]