Avant-Première VO: Review Amazing Spider-Man #11[FRENCH] Depuis le début de Spider-Verse, les Spider-avatars de toutes sortes ont un refuge d’où ils lancent toutes leurs missions. Mais cet état des choses ne peut durer. Est-ce à eux de lancer l’offensive ou bien au contraire est-ce que l’on va venir les chercher sur leur terrain ? Les deux versions du Spider-Man de l’univers Marvel classique se seront peut-être entretués avant !

Avant-Première VO: Review Amazing Spider-Man #11Amazing Spider-Man #11 [Marvel Comics] Scénario de Dan Slott
Dessin d’Olivier Coipel
Parution aux USA le mercredi 10 Décembre 2014

Dan Slott règle ici la confrontation que l’on attendait tous. À savoir que si le vrai Peter Parker et ses alliés de la « Terre 616 » sont capables de déterminer que le Superior Spider-Man est issu du même monde qu’eux, il est normal que l’inverse se réalise. Mais avec un twist. Le Spider-Man « Amazing » et son homologue en viennent donc rapidement aux mains, avec Slott qui règle cela d’une façon fort logique. Finalement, lequel des deux peut l’emporter sur l’autre ? L’important est que la situation est croustillante. Elle donne même un ton relativement personnel à l’histoire, le moment où l’un de deux Spider-Men aura sa revanche sur l’autre. Avec ce côté recentré, c’est un peu moins fouillis que dans Amazing Spider-Man #10 et surtout, une nouvelle fois, Olivier Coipel fait le job en donnant à tout cela de la densité, du muscle…

Il en faudra d’ailleurs dans la seconde partie de l’épisode, quand le refuge des Spider-Men n’en est peut-être plus vraiment un. Dernier coup d’éclat des Inheritors ou au contraire piège qui se referme. Là aussi, la densité est de mise et le dessinateur donne de l’envergure au « boss de niveau » qu’est Solus. Au lieu de voir les Inheritors comme des « dandys » maniérés, ce numéro nous les montre sous un jour véritablement terrifiant. Je reste par contre un peu surpris par quelques détails (comme par exemple la mention d’un personnage « tombé » alors qu’il est encore actif dans les autres spin-offs et que je me demande si l’on ne nous a pas spoilé quelque chose). En tout cas Amazing #11 contient ce qu’il faut en adrénaline et fait le show. L’interlude avec l’univers dans lequel s’aventure Miles Morales est également un bon passage humoristique, venant en contrepoint des scènes les plus noires. Comme souvent Slott prend plaisir à ménager le dark tout comme une pointe de comique. Efficace.

[Xavier Fournier]