Avant-Première VO : Psylocke #1[FRENCH] Psylocke étant revenue, il fallait bien qu’une minisérie vienne consacrer l’événement. Mais à vrai dire le projet ne s’adresse guère qu’à ceux qui ont « consommé » l’héroïne dans le début des années 90 et n’en attendent rien d’autre. Au programme, des X-Men, des ninjas et Matsu’O… Comme si les 18 dernières années n’existaient pas. Il en faudrait un peu plus pour convaincre…

Psylocke #1 [Marvel] Scénario de Christ Yost
Dessins de Harvey Talibao
Sortie aux USA le mercredi 4 novembre 2009

Psylocke #1Et allez hop. On serait tenté de dire « on prend les mêmes et on recommence » tant cette mini sur Psylocke a l’air de s’engager sur des terrains connus. Psylocke est revenue et du coup, forcément, il faut qu’elle veuille en découdre avec la Main et Matsu’O, le type qui en était un des lieutenants quand elle avait des démêles avec cette maffia japonaise dans la décennie précédente. Un instant la logique : normalement les X-Men sont consignés sur l’ile d’Utopia (c’est ce qui empêche Wolverine d’apparaître à l’instant T avec les New Avengers nous dit-on par ailleurs) mais comme l’histoire ne marcherait pas si les X-Men étaient vraiment en quarantaine, le même Wolverine qui ne peut pas aider les Vengeurs décide d’aller se promener au Japon et d’emmener avec lui Psylocke. Comme si les mutants et les héros n’avaient pas d’autres chats à fouetter. Ajoutez une scène d’enterrement qui me parait débarquer là un peu avec de gros sabots quand on se souvient que le scénariste Chris Yost trempe aussi dans Necrosha et vous avez quelque chose qui peine vraiment à convaincre et qu’on se prépare d’avance à classer dans la catégorie « minisérie oubliable ». A côté de çà, passé une couverture de Dave Finch, je ne pas super fan du dessin de Harvey Talibao mais si vous êtes intéressés par l’ambiance « 90’s », il faut bien dire qu’au moins l’artiste se démène pour reproduire les poncifs du genre. Pour beaucoup, néanmoins, ça fera déjà vu. Notons aussi qu’en argument de vente on nous ajoute une back-up (à suivre dans Dark X-Men #1) sur Hope, la fille adoptive de Cable, dessinée par Steve Dillon. Mais enfin là aussi on peine à faire confiance, les « back-up » mutantes de ces dernières années n’ayant pas souvent été pertinentes (j’ai encore le souvenir de la quinzaine – au moins – de mini-épisodes sur Beast cherchant à ramener les pouvoirs mutants pour finalement découvrir… qu’il n’y arrivait pas).

Dommage, parce qu’en même temps j’ai l’impression qu’il y avait quelque chose à faire avec Psylocke. Chris Yost semble même être passé pas loin d’avoir la réponse à travers le titre de son premier épisode (« Kill Matsu’O »). Plutot que la énième minisérie sur une ninjette mutante, il nous aurait fallu une Psylocke moins maillot de bain et plus « Kill Bill ». Sans doute aussi que si on avait la sensation que la mini était raccord avec les événements récents de Marvel, on serait plus intéressé. Car la Main qu’on voit dans cet épisode n’a pas l’air d’avoir lu les derniers épisodes de Daredevil. D’ailleurs, tiens, peut-être que si cette mini avait été un team-up Psylocke/Daredevil, on aurait moins l’impression de quelque chose d’interchangeable. Je parlais dans la chronique précédente d’un Conan qui nous en donne pour notre argent à 2.99$. Pour 3.99$, on attendait que Psylocke nous fasse un meilleur show…

[Xavier Fournier]