Avant-Première VO : Conan The Cimmerian #15[FRENCH] Les comics sont souvent chers, pas toujours beaux et l’histoire est rarement autonome ! Pas de panique ! Cette semaine un sauveur nous vient de Cimmérien avec un épisode stand-alone de toute beauté. Conan aux prises avec une vampire, sous le crayon de Paul Lee et avec une couverture de Joseph Michael Linsner. Un vrai sortilège !

Conan The Cimmerian #15 [Dark Horse] Scénario de Tim Truman
Dessins de Paul Lee
Sortie aux USA le mercredi 4 novembre 2009

Conan The Cimmerian #15Par Crom, que ça fait du bien de prendre un comic-book à 2.99 et d’avoir l’impression d’en avoir pour son argent (ça n’a pas toujours été le cas cette semaine). « The Sorrow of Akivasha » est un épisode de Conan pour lequel Dark Horse a collé à juste titre la mention « One-Shot » sur la couverture, même si c’est le #15 d’une série régulière. Autant le dire tout de suite, si vous avez perdu de vue Conan depuis des lustres ou même si vous n’avez en tête que le vague souvenir des films avec un gouverneur de la Californie, Conan The Cimmerian #15 est totalement reader-friendly, en particulier en raison du parti pris du scénario. Tim Truman a en effet choisi d’inverser les rôles. Ici ce n’est pas Conan qu’on voit en train de découvrir une créature vampirique mais bien le contraire, en extrapolant sur un passage d’une des nouvelles de Robert. E. Howard, le papa du barbare. La vedette du numéro, celle qu’on voit le plus, c’est la sculpturale Akivasha mais l’astuce a l’avantage de faire du Conan qu’on aperçoit un véritable personnage de légende. Ambiance garantie d’autant que…

…D’autant qu’au dessin, Paul Lee livre ici des planches tout à fait envoutantes, un rien guindées mais juste ce qu’il faut pour donner un caractère « ancien » à l’histoire. La saga d’Akivasha prend des ambiances qui m’évoque un peu les magazines illustrés branchés fantasy et SF du début des années 80 (Ere Comprimée, Fantastik ou Epic, pour ceux qui ont connu cette époque reculée). Un côté peint qui va tout à fait à l’univers de Conan. Ce numéro a des allures d’Annual, indépendant et imprimé sur beau papier pour un tarif pour lequel d’autres nous proposent de tristes épisodes « fill-in ». Non, faut le dire, y a des moments où la barbarie a du bon ! Une excellente surprise…

[Xavier Fournier]