[FRENCH] Après l’épisode final de Cry For Justice, Green Arrow passe sur le gril. Sa ville de prédilection a été détruite. Son fils spirituel a été touché dans sa chair. Celle qui lui tenait lieu de petite fille est morte. Et sous la pression Green Arrow est passé du côté obscur. Mais avait-il pensé au fait que d’autres rechercheraient également la piste de Prometheus ?

Justice League: Rise And Fall Special [DC Comics] Scénario de James Robinson & J.T. Krul
Dessin de Mike Mayhew
Sortie aux USA le mercredi 10 mars 2010

Robinson & J.T. Krul exploitent le filon de Cry For Justice et nous montrent donc la suite directe des événements. La Justice League ignorant la mort de Prometheus, elle ne peut que se lancer à la recherche d’un homme si dangereux et, au bout de la route, finir par tomber sur le cadavre d’un homme avec une flèche verte plantée dans la tête (avec tout ce que cela implique en termes d’identité du meurtrier). L’objectif reste visiblement de surfer sur l’ambiance Identity Crisis. Mais on commence un peu à l’avoir l’impression qu’on tire sur la corde, à commencer par la chronologie plutôt curieuse des événements. Justice League: Rise And Fall est la continuation directe de Cry For Justice. Ca, pas de problème. Mais si c’est le cas alors où convient-il de placer les épisodes actuels de Robinson sur Justice League où la recherche de Prometheus semble au point mort et où la Ligue n’a pas l’air d’avoir conscience des actes de Green Arrow. Avant ce Rise And Fall Special ? Oui mais voilà l’histoire ne laisse pas de place pour qu’une saga se glisse dans cet espace ?

Et puis il y a également la systématisation de la présence de Shade, personnage fétiche de Robinson je veux bien, mais qui s’explique difficilement. Comme insinué dans le mensuel Justice League of America, c’est donc Shade qui a transporté Green Arrow dans la dimension de Prometheus. Ca, OK. Mais c’est quand même un peu gros que quand le reste de la Justice League cherche le même Prometheus leur premier réflexe est, comme par hasard, d’aller voir le même Shade. A croire qu’il n’existe qu’un seul télétransporteur dans le DC Universe ! Bref tout ça est curieux et semble un peu tourner en rond, en utilisant des personnages communs à Cry mais avec un recul étrange, qui fait que par moment on se demande si ce sont bien les mêmes héros. Franchement, le passage où Batman se demande si finalement Red Arrow n’a pas mérité, d’une manière ou d’une autre, les choses qui lui arrivent… C’est pour le moins curieux. Bref, le ton de l’ensemble est bancal. Le sort de Green Arrow m’intéresse mais éditorialement on a l’impression que tout ça a été monté un peu trop rapidement…

[Xavier Fournier]