Avant-Première VO: Green Lantern Corps #16[FRENCH] Non, pas d’erreur. C’est bien le visage de Simon Baz qu’on voit sur la couverture de Green Lantern Corps. Third Army oblige, le titulaire de la série Green Lantern « tout court » s’invite ce mois dans cette revue et en profite pour faire la connaissance de Guy Gardner. Autrement dit deux caractères bien trempés…

Green Lantern Corps #16Green Lantern Corps #16 [DC Comics] Scénario de Peter Tomasi
Dessin de Fernando Pasarin
Parution aux USA le mercredi 23 janvier 2013

Simon Baz et son allié viennent d’échapper à la Third Army. Ils ont besoin de l’aide et de l’expertise du seul (ex) Green Lantern présent sur Terre, Guy Gardner. Mais ce dernier s’y entend pour se retrouver dans des situations scabreuses. Depuis son éjection du Corps il s’est débrouillé pour se retrouver incarcérer. Sans anneau quelles sont ses chances face aux autres détenus et à la Third Army ? Ce numéro donne la part belle à l’action mais il est certain que le crossover permanent s’intensifie dans les séries « Lanterns ». Là où jusqu’ici le déroulement de Green Lantern Corps était relativement linéaire, il est impossible cette fois de suivre les choses si on n’a pas lu Green Lantern #16. Encore que, honnêtement, quand on lit une des séries je vois mal pourquoi on ne lirait pas les autres tant elles forment une seule mythologie.

L’alchimie immédiate entre Guy et Simon est assez particulière. D’habitude il s’agit de calmer Guy. Il y a toujours un Hal ou un Kyle pour le regarder comme l’énervé de service. Là, c’est autre chose. Les deux personnages sont différents mais partagent une certaine impatience ainsi que cette capacité à se mettre dans de sales draps. Mais pour le coup Guy est le plus expérimenté (même si on se demande bien pourquoi personne ne semble se souvenir que l’anneau d’Hal/Simon peut se dupliquer, ce qui fait que logiquement dès les trois premières cases de leur rencontre Guy devrait redevenir un Green Lantern sans le moindre délai). En tout cas l’alchimie Baz/Gardner est intéressante, comme deux fauves n’arrivant pas à se comprendre mais bien obligé de s’entendre. Le seul détail qui m’a un peu fait tiquer c’est que d’un coup les membres de la Third Army semblent assez faciles à détruire (un coup de crosse de fusil suffit on dirait). A se demander comment des Green ou des Red Lanterns ont pu se faire avoir dans d’autres numéros.

[Xavier Fournier]