[FRENCH] Echoes (à ne pas confondre avec la série presque homonyme Echo) fait ses débuts chez Minotaur, branche rénovée de Top Cow. Au menu, pas de cyborgs ou de talisman mystique mais un étrange héritage… Dans son dernier souffle un vieux père demande à son fils de passer récupérer une caisse qui comporte un noir secret.

Echoes #1 (Top Cow/Minotaur)
Scénario de Joshua Hale Fialkov
Dessins de Rahsan Ekedal
Sortie aux USA le mercredi 29 décembre 2010

Les relations entre père et fils ne sont pas toujours évidentes puisque dans les rites de passage à l’age adulte il y a ce qu’on appelle « tuer le père ». Il faut que chacun trouve sa place. Et ça encore c’est dans les familles « normales », quand aucun fossé profond n’est apparu. Dans Echoes, la situation est beaucoup plus épineuse que ça. Un fils tient à profiter des derniers moments de vie de son père pour « faire la paix ». Mais alors qu’il est à quelques instants de mourir le père murmure une étrange indication. Aller chercher une caisse à une certaine adresse. Une caisse qui comporte un secret. Délire d’un père aux portes de la mort ou vrai secret familial ? Dans le doute le héros de la série se rend à l’adresse indiqué et va aller de (mauvaise) surprise en surprise. Il semble bien que son paternel était… serial killer. Mais est-ce réel puisque notre héros doit prendre des pilules régulièrement, sous peine d’halluciner ?

Je ne sais pas trop pourquoi mais n’attendais pas grand chose d’Echoes. Disons qu’il me semblait que tout était dans le pitch et que passé cela l’histoire nous réserverait peu de surprise. Finalement, c’est le contraire qui se produit car Joshua Hale Fialkov tisse bien sa toile et que le résultat, en un sens, me fait beaucoup penser à certains concepts apparus dans le cadre de la Pilot Season de l’an dernier (celle où tous les projets étaient écrits par Robert Kirkman). Sauf que là il ne s’agit pas d’un one-shot histoire de voir mais d’une vraie histoire construite dont on attend la suite avec impatience. Côté graphisme le parti pris du noir et blanc peut paraître curieux (c’est rare dans les comics américains, mais il y a des exemples célèbres dans l’histoire récente, comme Walking Dead) mais le dessin de Rahsan Ekedal est très intéressant. D’autant plus qu’il se livre à un vrai travail de narration, sans super-combat pour meubler le milieu de l’épisode. Si tout ce que le nouveau Minotaur nous réserve est du même tonneau, ce sous-label ressuscité devrait être diablement intéressant.

[Xavier Fournier]