[FRENCH] Wonder Woman était tempérée dans le premier numéro de cette minisérie. Puis elle était carrément devenu un danger public. Toujours sous l’effet de Blackest Night la voici revenue à de meilleurs sentiments. Ne croyez pas pour autant que ceci arrange ses relations avec Mera.

Blackest Night: Wonder Woman #3 [DC Comics] Scénario de Greg Rucka
Dessin de Nicola Scott
Sortie aux USA le mercredi 3 février 2010

Blackest Night: Wonder Woman est un « plug-in ». Quelque chose qui vient se greffer sur la minisérie principale Blackest Night et qui ne peut prétendre avoir une existence autonome. Clairement, si la mini consacrée à la seule Wonder Woman devait être regroupée dans un seul TPB, elle n’aurait guère de sens. Clairement, c’est sous sa forme de fascicule, publié à l’instant T que le projet semble plus pertinent. En l’occurrence l’épisode est plus que sympathique, très bien servi aux dessins par Nicola Scott. Greg Rucka revient sur des éléments connus de Wonder Woman et sur sa relation (qui n’avait plus été mentionnée depuis si longtemps que je me demandais si elle était encore dans la continuité) avec un autre personnage de l’univers DC. Je suis moins sûr de ce que le scénariste semble avancer en ce qui concerne Mera et ses relations avec Aquaman mais clairement il participe à la montée en puissance de cette rousse amphibienne.

Si la mini ne tient pas debout par elle-même, chaque partie est cependant une occasion de retrouver Greg Rucka sur les aventures de l’amazone et, clairement, on ne peut que regretter l’époque où il s’occupait des aventures régulières de l’héroïne, période où le mensuel avait quand même un autre tonus. A défaut, je ne serais pas contre retrouver Rucka sur une autre mini publiée en parallèle du titre habituel. Et avec Nicola Scott aussi. Bref, globalement malgré le côté déconstruit imposé par la proximité du crossover et la fin un peu trop ouverte, on termine la lecture de ce dernier numéro en se disant qu’on en reprendrait bien une petite dose dès que possible…

[Xavier Fournier]