[FRENCH] Après la renaissance apportée par Neil Gaiman et John Romita Jr., voici la série mensuelle, confiée à une créative team totalement différente. On imagine que ce seul fait coûtera au titre quelques lecteurs qui ne s’intéressent qu’à la signature et pas au résultat. Or, scénaristiquement l’histoire écrite par les Knauf s’insère remarquablement dans la continuité de celle initiée par Gaiman. Et si Daniel Acuna ne cherche pas à se faire passer pour John Romita, son travail est tout à fait plaisant. Ikaris et Thena et les autres se portent à merveille sous ses traits. Et leurs ennemis aussi…

Eternals #1 [Marvel] Scénario: Charles & Daniel Knauf
Dessin: Daniel Acuna
Sortie aux USA le 11 juin 2008

Ikaris, Thena, Makkari et Sersi sont toujours à la recherche de leurs compatriotes. Ils ne sont pas les seuls puisque le malfaisant Druig aussi est sur la piste de ses anciens alliés. Il est assez intéressant de voir que les « bons » Eternels s’efforcent de maintenir un semblant de vie humaine. Thena se lance ainsi à l’aventure… En voiture, avec un de ses rejetons sur le siège-bébé de la banquette arrière. Le couple Sersi/Makkari se dispute un peu sur ce genre de questions. Ils ont leurs doutes, différents. Et c’est dans cette discorde que Druig fait son lit… Enfin, pas que Druig car si jusqu’ici il tenait le rôle du « méchant » Eternel de service, il va trouver ici quelqu’un qui semble un peu avoir les mêmes valeurs. Quand à savoir s’il se rangera ou pas de son côté… Mais peut-être que l’élément le plus intéressant de l’épisode est l’esquisse d’une autre menace, plus cosmique, que Makkari « capte » sans savoir si elle déjà d’actualité. Là, le premier pion sera surprenant mais pas dénué de logique: si les Eternels « actifs » sont sur la piste des leurs, quelqu’un ou quelque chose d’autre (ressemblant visuellement beaucoup à des créatures vues dans les pages d’Uncanny X-Men) est déjà à leur trousse.

Charles et Daniel Knauf n’ont pas toujours brillé par la qualité de leurs fils directeurs sur Iron Man. Mais avec Eternals, ils ont un peu le beurre et l’argent du beurre: des personnages existants, bien définis par Kirby puis Gaimain mais assez à part dans l’univers Marvel pour ne pas être parasités par les crossovers en cours (si un Skrull était apparu dans ce premier numéro il aurait sans doute corrompu un peu la qualité de l’oeuvre). De ce côté là Marvel a bien géré les choses en envoyant Ajak régler ce genre de question à l’extérieur, dans les pages d’Incredible Hercules. Celà laisse le soin aux Eternels en tant que série de s’installer en paix. Graphiquement, Daniel Acuna a ses partisans et ses opposants. C’est lui, sans doute, la rupture la plus apparente si on compare ce #1 à la précédente mini-série. Mais j’aime bien et je pense que c’est aussi une manière d’installer les personnages que de voir qu’ils peuvent fonctionner dans des styles parfois très différents (là où parfois l’erreur des gens qui ont cherché à reprendre les Eternels après Kirby nous ont souvent donné du sous-Kirby sans âme).

Eternals passe donc haut là main le test du premier épisode. Reste à savoir si les Knauf tiendront le cap et si Acuna sera vraiment régulier sur la série.Bon bien sûr, si vous êtes un intégriste de Gaiman ou de Romita Jr, ils ne sont pas là. Mais pour l’instant, le résultat est là et il n’est pas désagréable du tout. Espérons que le public saura donner sa chance à la série…

[Xavier Fournier]