Avant-goût VO : Blood Bowl: Killer Contract #1

[FRENCH] Même avec la formule qui caractérise une bonne partie de la production Boom (choisir un concept horrifique et lui apporter un twist si possible moderne), Blood Bowl arrive comme un ovni: l’univers des jeux de rôles (guerriers mythiques, trolls, orques, vampires, nains, valkyries, amazones…) qui s’affronte non plus sur le champ de bataille mais dans le contexte d’une variante sanguinaire du football américain. Ce curieux pastiche gore sait être efficace tout en ne se prenant pas au sérieux. Cette transposition d’un sport a du coup une certaine fraîcheur… Enfin pas sûr que les héros réduits en bouillie soient d’accord.

Blood Bowl: Killer Contract  #1
Scénario  de Matt Forbeck
Dessin de Lads Helloven
Sortie aux USA le 11 juin 2008

Vous voyez tous ces films à l’esprit très américain où il s’agit de sauver l’avenir d’un club de football américain ou bien d’une équipe de Handball ? Ces trucs où la moitié du temps l’écran est occupé par une simulation de partie tandis que dans les vestiaires se trament de noirs complots pour détruire le club ? Et bien c’est sur cette base-là que Matt Forbeck a construit la trame de son histoire. Et là, une petite précision s’impose: je ne suis justement pas très fan de ces films-là et de toute façon jusque-là j’ai du tenir en gros vingt secondes devant une retransmission de football à la sauce US. Bref, j’était taillé à l’avance pour détester ce comic book « gothico-fantasyco-sportif ». Et en fin de compte non, c’est plutôt le contraire. Blood Bowl est une surprise rafraîchissante…

Dans les premières pages, il faut surtout composer avec une narration à part, l’histoire étant surtout racontée par des commentateurs sportifs (l’un d’eux est un vampire). Le but de la maneuvre est de distiller un certain nombre de gags culturels sur les marques et les coutumes en usage dans ce monde assez curieux. Clairement nous sommes dans un univers qui singe les US, avec des marques de bières comme la Bloodweiser en lieu et place de la « Bud »… Après vient le match en lui-même. Lui aussi destabilisant au début: les deux équipes s’affrontent (je devrais dire se démembrent) en poursuivant un ballon. L’une est composée de rejetons de dieux nordiques ou de guerriers barbares. L’autre est l’équipe officielle de Orcland. Comprenez qu’elle est composée de colosses verts qui, sous leur tenue sportive, pourrait aussi bien être des échappés de l’armée de Sauron dans le Seigneur des Anneaux. En prime Orcland a signé un contrat de « placement de produit » avec un sponsor: un constructeur de tronçonneuses monstrueuses! L’équipe de monstres peut donc à loisir tronçonner, trancher ou dépecer la concurrence…

C’est vraiment très différent d’un de ces nombreux comics où il faut sauver le monde. En tout cas au premier abord. Après, une fois bien entré dans l’histoire, je dois dire que ce mélange de tripes et de gags m’évoque un peu certains comics de Lobo (à sa grande époque). Comme souvent chez Boom, le dessin est assuré par quelqu’un qui commence dans les comics mais – à la différence des graphismes de Scream Queen la semaine dernière – Lads Helloven sait gérer un style qui, s’il est encore en évolution, participe à l’originalité du tout. On peut aimer ou pas son dessin, il gére cependant un univers visuel cohérent.

Ce premier numéro de Blood Bowl est assurément la curiosité de la semaine. Mais il n’est pas désagréable du tout une fois qu’on s’est donné la peine d’entrer dans l’histoire…

[Xavier Fournier]

Be Sociable, Share!