[FRENCH] Entre le monde de la Witchblade de Top Cow et celui de la Devi de Virgin Comics, il y a depuis l’apparition de cette dernière des points communs assez criants. Plutôt que de se voiler la face, les deux éditeurs ont décidé de faire de ces « airs de déjà vu » une force. En réunissant les deux guerrières mystiques, Virgin produit un épisode à la cohérence étonnante. Même quand le dessinateur change de technique en plein milieu d’une scène, cela sert le tout et reste compréhensible…

Devi/Witchblade [Virgin Comics] Scénario : Samit Basu
Dessin : Mukesh Singh

Quand on en arrive à la seconde partie d’un crossover, les dès sont souvent déjà jetés. La rencontre initiale s’est déjà déroulée, il ne reste plus qu’à conclure. Et pourtant, si ce Devi/Witchblade de Virgin est bien la suite directe d’un Witchblade/Devi paru chez Top Cow, il est « reader friendly » de manière étonnante. Certes, la détentrice de la Witchblade s’est bougée, prenant l’avion jusqu’en Inde mais quelques phrases suffisent à dresser le tableau. Bref, voici une seconde partie qui peut se lire de manière indépendante de la première et c’est assez rare pour être souligné.

La deuxième donne de cet épisode, c’est la manière qu’à l’équipe créative pour intégrer ces deux héroïnes dans un seul contexte. Bon, d’un côté le plus dûr a été fait depuis Devi #1, qui ressemblait comme une jumelle à une série Top Cow. Mais à comparer, le premier chapitre (le Witchblade/Devi) s’était contenté d’avaler stylistiquement Devi dans l’univers américain. Là, la rencontre est bien plus subtile. En fait, même, j’ai lu l’épisode avant de consulter les crédits et je m’étais dis qu’il n’y avait que Ron Marz, un auteur connaissant bien Witchblade mais aussi Virgin pour réussir une telle intégration. Faux: il s’avère après vérification que ce n’est pas Marz qui a écrit cet épisode mais bien Samit Basu, qui réussit là un beau tour de force. Rien qui transcende les limites habituelles des deux héroïnes (si votre style de prédilection c’est Joe Matt ou Chris Ware, il est clair que ce numéro n’est pas pour vous et n’a pas pour ambition de vous convertir) mais dans le cahier des charges qui lui est imposé, Basu s’en tire de belle manière, donnant un portrait authentique de chaque personnage.

Mukesh Singh change de style ou de technique pratiquement à chaque page mais l’effet produit n’a rien de désagréable, il est même parfois très « cinématique » tout en alternant des ambiances qui évoquent aussi bien Top Cow que Virgin, selon le moment. En définitive ce Devi/Witchblade s’en sort comme le numéro essentiel du crossover (l’autre n’était finalement guère qu’un prélude) mais réussit à être un bon sampler pour qui voudrait voir un peu ce que vaut Virgin…

[Xavier Fournier]