capamerica32.jpg[FRENCH] Toujours pas de Captain America en vue. Mais ses (ex)amis n’en sont plus à porter le deuil. Lancé dans une espèce de course-poursuite pour arrêter les manigances du Red Skull, ils doivent sauver Bucky, arrêter Doctor Faustus et si possible déterminer de quel côté de la barrière se trouve une certaine Sharon… qui l’ignore elle-même. Et pendant ce temps-là, Tony Stark n’est pas au bout de ses surprises…

Captain America #32 [Marvel] Scénario d’Ed Brubaker
Dessin de Steve Epting

Sortie aux USA: Sortie aux USA le 21 novembre 2007

Les histoires de domination mentale marchent rarement dans les comics. Soit le héros s’en tire un peu trop facilement (tout simplement parce qu’il est le héros et qu’il aurait une sorte de « force mentale » qui échapperait au commun des mortels) soit c’est l’odieux qui l’emporte et le bon sombre du côté obscur. Mais ce second cas de figure est rarement satisfaisant car, inversement, le lecteur se dit que « jamais Untel ne se laisserait avoir aussi facilement ». Ed Brubaker arrive à éviter ces deux écueils en naviguant entre deux eaux. Le plus gros de l’épisode est vu par les yeux de Sharon Carter alors qu’elle est lancée dans une sorte de « négociation » avec sa programmation mentale. D’une case à l’autre elle-même ne sait pas comment elle va réagir. Parfois bien. Parfois moins bien. Du coup le lecteur se laisse prendre à ce jeu imprévisible.

Le Winter Soldier perd un peu de sa superbe depuis un ou deux épisodes (normal, il a été fait prisonnier et apparaît du coup comme un peu moins dangeureux). Mais il a quelques scènes de bravoure qui lui permettent de briller. Le Falcon et la Veuve Noire assurent, eux, un honnête temps d’antenne. Ils sauvent un peu les choses mais n’ont pas tout à fait le charisme d’un Bucky ou d’une Sharon dans ces circonstances. Encore que… Brubaker fait mention des pouvoirs surhumains de Falcon, trop rarement utilisés depuis l’époque où Geoff Johns les a augmenté dans les pages d’Avengers…

Au final, en certains endroits les événements ne semblent pas avoir évolué car l’histoire ne se termine pas sur des constats clairs (mais bon, nous n’en sommes qu’au deuxième numéro de l’arc alors rien qui soit étonnant en soi). Mais par contre elle amène un certain nombre de nuances qui font que le mois prochain certaines choses devraient exploser. Une confrontation SHIELD/Winter Soldier ? Le sort de Sharon ? La punition réservée à Faustus? Ce sont autant de choses qui n’arrivent pas dans CE numéro mais dont la petite graine est déjà là, indiscutablement. Excellent, mais au bout de 32 numéros du Captain America de Brubaker, on le savait un peu à l’avance…

[Xavier Fournier]