avninit0102.jpg[FRENCH] Le massacre du Camp Hammond continue et cette fois certains morts sont nettement identifiés (un en tout cas). Après la seconde classe qui s’en est pris la plein figure dans les précédents numéros, c’est le tour de la Shadow Initiative de subir la colère de Kia. Et la première classe dans tout ça? Celle sur qui le succès de la série est fondé? Elle se lance dans une autre quête qui va la mener à une quatrième équipe, finalement logique… Slott, Gage et Caselli font des étincelles.

Avengers: The Initiative #10 [Marvel]

Scénario de Dan Slott et Christos Gage
Dessin de Stefano Caselli

Sortie américaine le 12 mars 2008

Le QG de l’Initiative est maintenant en état de siège depuis plusieurs numéros. La seconde classe (celle formée par le Taskmaster) a visiblement fait long feu et il semble évident qu’on ne reverra pas de si tôt certains personnages (encore qu’un doute subsiste quand à l’identité exacte de qui est mort ou pas). D’autres n’auront pas cette chance, comme certains membres de la Shadow Initiative ne manqueront pas de le comprendre quelques pages plus tard. Taskmaster et Ant-Man forment une doublette intéressante, même si on doute qu’avec un tel comportement leur avenir à Hammond soit vraiment si radieux que ça. Mais le vrai virage se déroule ailleurs, alors que plusieurs recrues discutent des événements récents et que l’assaillant du Gauntlet songe sérieusement à se dénoncer. Plus encore, cette discussion emmène les personnages vers une direction nouvelle (liée à la disparition de l’un de leurs mentors dans les épisodes précédents) et vers une confrontation finale qui, si elle était courrue d’avance, prends du relief maintenant que Slott et Gage ont su nous la servir sans trop la téléphoner.

Maintenant, pour autant que cet épisode soit dynamique et qu’il s’y passe des choses, on ne peut s’empêcher de noter une sensation de trépignement, liée au fait que cela fait maintenant 3 épisodes que Kia arpente le Camp Hammond et que nous revoyons les événements dans le désordre. Ce découpage particulier donne (à tort) l’impression de faire du sur place et les scénaristes auraient été plus inspirés de suivre une narration plus linéaire. Qu’importe puisqu’à la fin le contrat est une nouvelle fois rempli. On atteint la dernière page avec l’envie d’en être rapidement au mois suivant, histoire de savoir comment tout ça se goupille…

[Xavier Fournier]