kickass02.jpg[FRENCH] Le premier numéro se cherchait un peu et évoquait des choses déjà vues ailleurs. Mais avec cette nouvelle ration, le personnage de Mark Millar et John Romita Jr. devient un peu plus intéressant. Non, pas de Skrulls qui débarquent ou d’Eternals qui font de lui un nouveau dieu mais l’itinéraire d’un garçon qui a payé cher de se prendre pour un super-héros est plus captivant que celui du énième geek qu’il était le mois dernier.

Sortie américaine le 02/04/2008
Scénario de Mark Millar
Dessins de John Romita Jr.

Il était dans un sale état, le gosse, à la fin du numéro précédent. Et bien ça n’a pas changé alors que s’ouvre ce nouveau chapitre. La remontée sera lente et il va la sentir passer. Pour autant à travers cette reprise en main, notre jeune héros est bien plus charismatique. Je m’explique: personnellement j’en ai marre de ces histoires de geek où le type devient super-héros parce que, whaou, il a l’impression d’être le prochain Batman ou Superboy. C’est bon, on l’a déjà eu 36 fois dans d’autres comics ou séries télévisées. Aussi le mois dernier, l’histoire du jeunot qui veut être célèbre en devenant super-héros, ben franchement je me disais (tout en espérant le contraire) que je préférais relire Booster Gold dans 52 que ça.

Maintenant, la donne a changée: Dave en a pris plein la figure. Ce n’est plus un jeune inconscient qui veut devenir héros comme d’autres s’imaginent guitaristes devant le miroir de leur chambre. Non, la convalescence du personnage de Millar et Romita Jr. se vit comme le début de sa véritable histoire, comme si maintenant on entrait dans le vif du sujet. Disons que dans l’épisode précédent son intention passait pour un caprice. Maintenant, ca commence à ressembler à une vraie vocation. Dave est devenu plus sérieux. On sent une tension qui montait auparavant. Vous savez, c’est un peu comme ces combats de Bruce Lee: ca n’a pas vraiment commencé tant que le Petit Dragon n’a pas essuyé un peu de sang sur sa lèvre. Là, c’est pareil. Dave a goûté un peu à son propre sang, maintenant on peut y aller..

Autre dimension: je n’arrive pas à me débarasser de l’impression qu’autre chose se passe en coulisses. Je ne spoile rien (c’était dans les previews qui ont déjà circulé) en disant que Dave a trouvé le moyen de faire disparaître son costard dans des circonstances pourtant extrèmes. Ce gosse serait arrivé à faire ça dans ces conditions ? Il est difficile de se défaire de l’impression qu’il y a un ange gardien quelque part. Peut-être que c’est faux. On verra. Mais la deuxième « visite » qu’il reçoit semble étrange. Elle ne conforte ou n’infirme rien. Mais elle laisse des portes ouvertes.

La seconde moitié de l’épisode est bien mais elle laisse un goût bizarre pour deux raisons. D’abord j’aimerais bien savoir d’où le personnage tire ses soudaines performances. C’est un peu soudain. Ensuite (mais c’est une impression très mineure) si on a suivi le marketing qui a précédé la série, la scène fait référence à un des trucs que Millar a utilisé pour promouvoir le bouquin. Bref, si vous connaissiez ce élément, ca donne un effet de déjà vu (encore qu’il est intéressant de comparer les deux version). Mais ce déjà vu n’a rien de comparable au #1. Cette fois la série est sur les rails et à partir de là devrait devenir véritablement imprévisible…

[Xavier Fournier]