Supergirl S02E08

Après un épisode inspiré et un autre qui replongeait totalement en termes d’écriture, on était tenté de laisser de côté Supergirl pour un petit moment. Mais le fait est que cette semaine Supergirl est le premier chapitre du plus gros crossover super-héroïque qu’ait connu la TV américaine, impliquant quatre séries différentes. Oui enfin bon, en théorie…

JOURNEE DE MALADE

Le Projet Cadmus, organisation radicale qui souhaite exterminer les extra-terrestres sur Terre, a obtenu un virus kryptonnien qui tue toute race non-originaire de la planète natale de Supergirl et Superman. Le temps de le reconfigurer pour s’assurer qu’il ne fera rien aux humains et le Cyborg-Superman, en cheville avec Cadmus, commence à libérer le virus aux abords de National City. Ce qui de toute façon ne change pas grand-chose pour le Martian Manhunter, qui se savait déjà mourant. Pendant ce temps, l’essentiel de la supporting cast est engluée dans des secrets. Est-ce qu’Alex va finir avec ce coming out qui n’en fini plus ? Est-ce que Jimmy dira à Kara qu’il est le gardien ? Est-ce que la mère Luthor et Lena joueront carte sur table ? Et tiens, est-ce que Mon-El lui-même n’aurait pas une autre forme de révélations à faire ? Pour ce qui est de l’intrigue de base, espérons que les auteurs de Supergirl n’ont pas mis les gros sabots que l’on croit. Parce que commencer un crossover « Heroes vs Aliens » par un épisode qui repose autant sur un virus éradiquant les aliens, justement, et alors que l’essentiel de l’histoire se passera dans une autre dimension où Supergirl, imperméable au virus, sera la seule héroïne extra-terrestre, cela ressemble fortement à une manière téléphonée de placer la solution devant notre nez, avant même qu’on nous ait vraiment présenté la problématique.

Supergirl S02E08

HEROES VS LOGIC

Car, disons-le, sur le côté du crossover, on est carrément « volé ». C’est à dire que Barry Allen arrive sur les dernières secondes (et vraiment les toutes dernières secondes), faisant de ce premier « chapitre » un prologue tout à fait dispensable et même superflu pour qui ne regarde pas la série d’habitude. Sauf bien sûr si, comme évoqué plus haut, le virus est ce qui va régler le problème au terme des trois autres chapitres mais pour le coup ce serait tellement « facile » (et inversement, si dans les chapitres à venir Supergirl ne réalise pas qu’elle a la solution, elle passera pour une idiote, c’est du « no win« ). Le pire étant que « facile » n’est pas vraiment un mot étranger à l’écriture de Supergirl. Si cette semaine on remonte quand même par rapport à la semaine dernière, bien des choses restes artificielles. Des éléments apparaissent ou disparaissent au gré des auteurs sans qu’on se pose certaines questions logiques. Par exemple, dans une histoire de virus mortel pour les extra-terrestres, la présence du héros Guardian serait totalement justifiée et nécessaire, puisque lui ne craindrait rien. Mais non ! Passé un énième repas de famille, Jimmy n’a pas l’air de se préoccuper des évènements. On comprendra qu’après l’épisode du faux-Vigilante la semaine dernière les scénaristes ont jugé qu’il fallait mieux mettre en évidence le Martian Manhunter (ce qui permet un face à face avec le Cyborg-Superman, c’est certain). Pas de problème avec ça, si ce n’est qu’à aucun moment l’histoire ne justifie que le Guardian est hors-jeu. Et puis tiens, si les Kryptonniens sont à l’abri du virus, il n’y a pas un autre héros un tout petit peu connu et fraichement apparu dans la série qui pourrait donner un coup de main ? Ben non, cela n’est pas possible apparemment. On pourrait dire qu’utiliser Guardian ou Superman serait « téléphoné » également, mais leur non-intervention n’est tout simplement pas gérée.

Supergirl S02E08

PEUT MIEUX FAIRE

La plupart des séries TV écrites via des équipes rotatives de scénaristes connaissent une certaine amplitude d’une semaine à une autre, selon les auteurs ou les réalisateurs qui se chargent de l’épisode de la semaine. C’est un fait, on ne sait pas toujours sur quoi on va tomber. Mais l’amplitude du « bon » et du « mauvais » dans Supergirl est sidérante. D’un épisode à l’autre on dit adieu à la logique la plus élémentaire. Et bourrer le truc de bons sentiments en se disant que ça passe ne suffit pas. Au contraire, le fait de défendre de « bons sentiments » devrait mener à une exigence scénaristique qui est bien souvent aux abonnés absents, dès lors que ce n’est pas Greg Berlanti lui-même qui écrit. Cette semaine, on notera qu’après avoir un pas en avant et un pas en arrière depuis quatre ou cinq épisodes, la situation d’Alex se stabilise et qu’on échappe au tropisme de Maggie se contenant de venir une énième fois taper à la porte en pleine réunion familiale pour se contenter de débiter des banalités. Là, on devrait sortir de la redite alors qu’une situation émerge. Lena Luthor progresse aussi comme personnage dans la série. Mon-El aussi, à sa manière, bien que dans son cas il a tellement été écrit comme le « gros beauf de service » en début de saison qu’on doute que le public apprécie forcément l’évolution romantique du daxamite. Au bout du compte, c’est un épisode moyen (on a vu bien pire à l’intérieur de la série) mais il arrive une semaine où les attentes étaient plus hautes. Au rendez-vous du crossover avec Flash, Arrow et Legends of Tomorrow, Supergirl démarre de manière poussive. Et, clairement, ceux qui auront regardé l’épisode seulement en perspective du crossover Heroes vs. Aliens peuvent se demander pourquoi ils ont perdu 42 minutes… On attendait un « event », on a du passable et quelques scènes de « bisous » ne suffisent pas à racheter la chose.

[Xavier Fournier]

Supergirl Saison 2 / Disponible dès le lendemain de la diffusion US en version originale sous-titrée sur MyTF1 VOD et sur l’iTunes Store.

Comments: 3

Laisser un commentaire

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!