Désormais considéré comme un assassin par certains de ses pairs mais célébré en héros par une partie de l’opinion publique, Hawkeye est décidé à faire ce qui est juste et moral… plus que s’en tenir à ce qui est légal. Le voici qui s’aventure dans l’Amérique pour régler les cas que les autres super-héros laissent de côté. Malgré un titre qui semblait un peu opportuniste, Occupy Avengers prend une tournure plutôt fraiche.

Avant-Première VO: Review Occupy Avengers #1Occupy Avengers #1 [Marvel Comics]
Scénario de David F. Walker
Dessins de Carlos Pacheco
Parution aux USA le mercredi 2 novembre 2016

Personne mis dans une position ambigüe après les évènements de Civil War II, Hawkeye s’est éloigné de New York et s’occupe des problèmes que les autres super-héros ne gèrent pas… Au grand dam des policiers des états qu’il visite. Alors qu’il a fait ce qu’il fallait mais que dans le même temps il n’est pas à l’aise avec sa popularité nouvelle, Clint Barton débarque au Nouveau Mexique sans trop savoir à quoi s’attendre, tout en sachant que les problèmes ont une certaine tendance à le trouver d’eux-mêmes. Très vite, Hawkeye va croiser le chemin d’un certain Red Wolf… Occupy Avengers est un titre « chargé ». C’est comme si quelqu’un décidait de lancer les « Avengers Nuit Debout » ou les « Avengers Indignés ». Il y a tous les risques que la série passe pour de la récupération. Mais au-delà du titre, ces derniers temps Marvel a redécouvert les vertus des comics « engagés » ou tout au moins qui rebondissent sur des débats d’actualités. De véritables paraboles dans lesquels on reconnaît pratiquement certaines informations qui font l’actualité. On en a rapidement la preuve ici, avec une histoire d’eau empoisonnée dans le périmètre d’une réserve indienne, récit qui, volontairement ou fortuitement, tombe à pic pour résonner avec les évènements réels de Standing Rock ces temps-ci.

« He’s got that annoying Doctors without borders or Greepeace look about him. »

Sur son profil Facebook, le dessinateur Carlos Pacheco confiait récemment son plaisir de mettre en images ce script de David F. Walker. Et c’est tangible. L’artiste est véritablement inspiré par le projet. Peut-être aussi parce que le registre des situations est plus varié (un archer et un type avec des tomahawks, à cheval et entourés de loups). Pour autant que ce groupe se veuille pertinent par rapport à la vie de tous les jours, l’ambition de David F. Walker est néanmoins rattrapée par certains clichés. Les bons outsiders s’intéressant au devenir d’une réserve indienne menacée par une corporation, il y a de quoi, aussi, se croire revenu à l’époque de l’Agence Tous Risques/A-Team. Ça n’enlève rien au fait que la série est une bonne surprise mais on peut se demander si le public va lui laisser sa chance sur le long terme. Rien que l’idée de démarrer avec seulement ces deux héros, avec l’équipe en elle-même qui va prendre quelques mois à assembler, c’est plutôt risqué. On donnera à Marvel un bon point pour ne pas oublier Red Wolf une fois sa propre série passée, de se soucier qu’il compte… mais dans le même temps le tandem Hawkeye/Red Wolf ce n’est quand même pas ce qu’il y a de plus porteur dans le contexte actuel. Si les « Occupy » veulent durer, il faudra que le scénario nous fournisse vite plus d’éléments et une meilleure vision du groupe en devenir.

[Xavier Fournier]