Avant-Première VO: Review Monsters Unleashed #2

Le premier épisode de Monsters Unleashed avait été une bonne surprise. Avec le deuxième, par contre, la surprise ne joue plus tellement, si ce n’est qu’on a l’impression que le scénario gagne du temps. On n’est, en effet, guère plus avancé qu’à la fin de la livraison précédente. Des monstres, des monstres, oui, mais des monstres pour faire quoi ?

Monsters Unleashed #2 [Marvel Comics]
Scénario de Cullen Bunn
Dessins de Greg Land
Parution aux USA le mercredi 1er février 2017

Première constatation, Monster Unleashed fait partie de ces events de plus en plus nombreux de Marvel où l’on change de « cavalière » sans prévenir. Après un premier épisode dessiné par Steve McNiven, en voici donc un autre mis en image par Greg Land, avec un changement de ton qui fait que les créatures et les évènements adoptent un ton beaucoup plus premier degré. McNiven entretenait une sorte de finesse dans le trait qui contrebalançait ces créatures grotesques. Là, Land n’a pas le même sens du design des Kaiju et d’ailleurs il les cadre souvent au second plan, préférant se concentrer sur les silhouettes des héros et héroïnes, ce qui qu’en fin de compte il transforme l’histoire en une mission lambda où les monstres sont assez peu caractérisés et moins spectaculaires que dans la précédente livraison. Et puis il y a l’histoire aussi…

« Well, that’s a defeatist attitude… …but yeah… …we’re flarked. »

Pour le coup Monsters Unleashed #1 m’avait fait penser, un peu, à l’atmosphère du début du 1985 de Mark Millar, avec cet enfant surdoué qui, visiblement, arrive à matérialiser son imagination ou, à défaut, de convoquer ce qui ressemble le plus à ce qu’il dessine. Sauf que… nous avions laissé le jeune Kawade devant une sorte de conseil des monstres classiques façon Ditko et Kirby, lui déconseillant de continuer ce qu’il faisait. Et bien là, c’est un peu comme si rien ne s’était passé. Kei est retourné à ses occupations tandis que la population des héros sur Terre continue d’affronter des bestioles sans trop savoir pourquoi ou comment. Tout au plus Moon Girl, qui n’a pas bougé de son atelier, arrive à déduire quelques bribes d’information. Mais c’est un peu mince pour justifier entièrement l’achat de cet épisode. Tout au plus on peut saluer l’attention constante de Cullen Bunn de ne pas rester coincé sur les héros les plus emblématiques. Ici, la Winter Guard (ex-Soviet Super-Soldier) ou la Valkyrie sont des guests bienvenus, quand bien même pas très importants. Mais dans l’ensemble quand même, avec la lecture de ce numéro plus figé, on redescend de quelques étages dans l’enthousiasme qui avait suivi le #1. Dommage !

[Xavier Fournier]
Comments: 1

Laisser un commentaire

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!